A la découverte du lac Malawi

A la découverte du lac Malawi

shanganagh-takhisis
Créé il y a 27 jours
Modifié il y a 24 jours

Le lac aux étoiles

Un peu de géo

Le lac Malawi ou Lac Nyassa est le cinquième lac du monde avec un volume de 7775 km3. Il est long d’environ 580 km et sa largeur varie de 30 à 80 km. Sa profondeur maximale est 750 mètres et 90 % de sa surface a un minimum de 100 mètres de profondeur. Il est à cheval sur 3 états : le Malawi, la Tanzanie et le Mozambique. Bien que les îles Chiluzulu et Likoma soient situées dans les eaux territoriales du Mozambique, c'est le Malawi qui en est le propriétaire.

Lacs africains
Grands lacs africains

La température moyenne des eaux de surface varie entre 24 °C et 29 °C, alors qu’en profondeur elle reste relativement constante aux alentours de 22 °C. L'eau est également légèrement alcaline avec un pH compris entre 7,8 et 8,5.

Le Lac Malawi forme la partie méridionale du Rift Est-Africain. Il est composé d'une fosse de 500 km de long et environ 70 km de large d'orientation nord-sud bordée par d'important épaulements rocheux (jusqu'à 2 000 m d'altitude).

Lac Malawi
Lac Malawi

Un peu d'hydrau

Le lac Malawi est alimenté par le Rio Ruhuhu et alimente lui-même la Dwanga River, la Lilongwe River, la South Rukuru River, la Songwe River et autres.

Lac Malawi

Et de météo

Avec le réchauffement climatique, le Malawi fait partie des 10 pays les plus menacés par les changements à venir. On enregistre déjà plus de tempêtes, cyclones et inondations se succèdent, les événements météo violents sont fréquents. Tout cela impacte visiblement l’eau du lac et par la même, sa faune. Pour en savoir plus, regardez sur le site Geo.

La flore

A l’instar du lac Tanganyika, la flore du Malawi est très réduite et on retrouvera la même végétation dans l’un et l’autre avec les variétés Ceratophyllum Demersum, Vallisneria Spiralis Denserrulata, Myriophyllum Spicatum, Hydrilla Verticillata, Potamogetons Schweinfurthii et Pectinatus, et pour finir Pistia Stratiotes comme plante flottante dans les zones protégées. Si vous voulez plus d’informations sur la flore du lac, regardez celle du Lac Tanganyika

La faune

En dehors des poissons, on trouve Potamonautus Lirrangensis (Crabe Bleu du Malawi). Il mesure une quinzaine de centimètres, et même 20 quand les pattes sont étirées. Il est parfois vendu sous l’appellation Potomonautus Orbitospinus.

Potamonautus Lirrangensis
Potamonautus Lirrangensis

Il est possible de le maintenir en bac Malawi à la condition expresse que le bac soit parfaitement fermé car c’est un excellent grimpeur. Il est omnivore et détritivore et vit dans toutes les zones rocheuses du lac dans lequel il est largement répandu.

On trouve également une éponge : Malawispongia Echinoides. On la trouve plutôt au sud du lac, ce qui laisserait penser qu’on y trouve plus du plancton qui constitue son alimentation.

Malawispongia Echinoides
Malawispongia Echinoides

Certains aquariophiles qui en maintiennent les nourrissent avec de la nourriture pour coraux. C’est un organisme très difficile à maintenir pour différentes raisons.

Les non-cichlidés

Comme dans le Tanganyika, on trouve un membre du genre Mastacembelidés avec Mastacembelus Shiranus ou Epinette du Malawi. Les adultes peuvent atteindre une longueur d'environ 30 à 40 centimètres et il n’y a pas de dimorphisme apparent entre les deux sexes.

Mastacembelus Shiranus
Mastacembelus Shiranus

Les nageoires dorsale, anale et caudale sont formées en une seule et courent le long de leur dos et de leur ventre de leur tête à leur queue. Le corps a une couleur est brun clair et présente un motif marbré brun foncé. C’est un poisson timide qui peut être maintenu seul ou en groupe. Bien entendu, compte-tenu de sa taille adulte, on prévoira grand en matière d’aquarium !

Synodontis Njassae (Poisson-chat du Malawi) est également présent. C’est un poisson nocturne qui commence à s’activer à la pénombre. On n’envisagera pas moins de 500L pour cette espèce en bac communautaire. Il est vermivore et insectivore et on lui prévoira nombre de cachettes sous forme de grottes et de cavernes ainsi qu’un sol sableux pour préserver ses barbillons.

Synodontis Njassae
Synodontis Njassae

Autre poisson-chat que l’on trouve dans le lac, Chiloglanis Neumanni. A la différence du Synodontis, celui-ci a une bouche avec des lèvres modifiées en forme de ventouse. C’est un poisson d’une dizaine de centimètres qui aime les courants forts.

Chiloglanis Neumanni
Chiloglanis Neumanni

Amphilius Chalei est également un poisson-chat qui, quant à lui, utilise ses nageoires pelviennes comme ventouses pour se fixer.

Amphilius Chalei
Amphilius Chalei

Et pour finir, endémique du lac, Bagrus Meridionalis, un gros poisson-chat appelé communément Kampango ou Kampoyo et dont la chair, une fois fumée, est un met de luxe très recherché.

Avec une longueur moyenne d’environ 45 cm, il peut néanmoins atteindre le mètre, voire beaucoup plus. A tendance nocturne, il sort de sa grotte à la nuit tombée ou à l’aube pour se nourrir de cichlidés.

Bagrus Meridionalis
Bagrus Meridionalis

Le mâle crée un cratère de ponte où le rejoindra sa femelle qui pondra plusieurs milliers d’œufs. La surveillance du nid est conjointe. Une fois les œufs éclos, les alevins se nourrissent de leur sac vitellin et d’œufs non fécondés pondus à cet effet par la mère. Le mâle, quant à lui, leur apporte de petits invertébrés dans sa bouche.

Bagrus Meridionalis
Bagrus Meridionalis

Les jeunes resteront avec leurs parents jusqu’à ce qu’ils atteignent une taille d’environ 12 cm.

La perte est grande car les pontes des Bagrus sont victimes d’un coucou, le Bathyclarias Nyassensis. Il a été vu des nids gardés par des Bagrus presque uniquement composés d’alevins de Bathyclarias, ce qui laisse supposer que les œufs de ce dernier éclosent avant ceux des Bagrus ce qui permet à ses alevins de les consommer.

Bathyclarias Nyassensis
Bathyclarias Nyassensis

Les Bathyclarias ne sont pas les seuls à profiter du nid et des œufs du Bagrus. Il s’en trouve un particulièrement malin qui gravite toujours aux environs de ce dernier : Pseudotropheus Crabo ou Pseudotropheus Frelon.

Pour parvenir à ses fins, il change tout simplement de couleur ! Quand il arbore ses couleurs de frelon, il nettoie le corps des Bagrus en le débarrassant des parasites comme les poux (Argulus Africanus), service fort apprécié du Bagrus qui le laisse s’approcher sans crainte. Seulement voilà, pour voler les œufs ou les alevins, le frelon change de couleurs et devient très foncé et il semble que le Bagrus ne fasse pas la relation entre le P. Crabo jaune qui le nettoie et ce poisson foncé qui lui vole sa progéniture.

Pseudotropheus Crabo
Pseudotropheus Crabo

Néanmoins, le Crabo ne change pas toujours de robe avant de procéder à un vol et l’on peut penser que le Bagrus accepte la perte de ses œufs ou de ses alevins en échange du bénéfice amené par le déparasitage qui est plus important qu’on ne le pensait au départ.

Pseudotropheus Crabo
Pseudotropheus Crabo

Il existe bien d’autres espèces de non-cichlidés dans le lac mais nous nous arrêterons ici.

Les cichlidés

On estime à plus d’un millier les espèces de poissons différentes dans le lac, dont la moitié est endémique et qui inclue 350 espèces de cichlidés divisées en nombreux genres.

Aulonocara
Champsochromis
Copadichromis
Fossorochromis
Haplochromis
Labeotropheus
Labidochromis
Lethrinops
Maylandia (ex-Metriaclima)
Melanochromis
Nimbochromis
Otopharynx
Placidochromis
Protomelas
Pseudotropheus
Sciaenochromis
Et bien d'autres...

Les Aulonocara

Le groupe Aulonocara regroupe trois genres : Aulonocara, Lethrinops et Tramitichromis dont les ADN sont très proches ainsi que leur aspect physique. Ils mesurent en moyenne une quinzaine de centimètres.

Les Aulonocara sont porteurs de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel et l’appellation « Peacock » (paon) leur étant attribuée témoigne de leur propension à les exhiber. Les mâles possèdent des couleurs très intenses alors que les femelles expriment une infinité de nuances de gris.

Au lac Malawi, les Aulonocara occupent presque tous les habitats rocheux et sablonneux entre 5 et 40m de profondeur.

Les espèces occupant les habitats sablonneux autour des rochers sont rarement territoriales. Une exception est Aulonocara Jacobfreibergi, qui défend ses cavernes.

Aulonocara Jacobfreibergi « Eurêka »
Aulonocara Jacobfreibergi « Eurêka »
Aulonocara Jacobfreibergi « Mamelela »
Aulonocara Jacobfreibergi « Mamelela »
Aulonocara Stuartgranti « Maulana »
Aulonocara Stuartgranti « Maulana »
Aulonocara Stuartgranti « Chilumba »
Aulonocara Stuartgranti « Chilumba »
Aulonocara Baenschi
Aulonocara Baenschi
Lethrinops Albus
Lethrinops Albus
Lethrinops Marginatus
Lethrinops Marginatus
Tramitichromis Intermedius
Tramitichromis Intermedius
Tramitichromis Intermedius
Tramitichromis Intermedius
Tramitichromis Lituris « Mdoka »
Tramitichromis Lituris « Mdoka »

Les Champsochromis

Le genre n’est représenté que par deux espèces, C. Caeruleus et C. Spilorhynchus.

Ce sont de grands prédateurs assez vifs, mesurant entre 30 et 35 cm et qui chassent à l’affût. Ils ne sont pas spécialement territoriaux mais peuvent se montrer agressifs à l’occasion. Comptez 2000L pour leur maintenance en couple.

Champsochromis Caeruleus
Champsochromis Caeruleus
Champsochromis Spilorhynchus
Champsochromis Spilorhynchus

Les Copadichromis

Dans leur milieu naturel, les Copadichromis vivent en grands groupes et sont insectivores. La maintenance en groupe est une solution sine qua non pour son bien-être et l’on comptera 5 individus pour 500L.

Copadichromis Azureus
Copadichromis Azureus
Copadichromis Borleyi (ou Kadango)
Copadichromis Borleyi (ou Kadango)
Copadichromis Trewavasae « Lupingu »
Copadichromis Trewavasae « Lupingu »
Copadichromis Melas
Copadichromis Melas

Le Fossorochromis

Unique de son genre, Fossorochromis Rostratus mesure environ 25 cm, n’est pas territorial et peut vivre en couple ou en groupe. Comptez 700L pour un trio. Il est insectivore, vermivore et planctophage mais s’il peut, il n’hésitera pas à attraper de petits poissons.

Fossorochromis Rostratus
Fossorochromis Rostratus

Les Haplochromis

L'espèce-type est Haplochromis Obliquidens mais le plus connu est sans doute Haplochromis Phytophagus car outre ses couleurs flamboyantes et il est facile à maintenir.

Haplochromis Obliquidens
Haplochromis Obliquidens
Haplochromis Phytophagus
Haplochromis Phytophagus

Les Labeotropheus

Deux espèces seulement pour ce genre avec L. Fuelleborni et L. Trewavasae. Etant végétariens, ce sont des haplochrominiens que l'on peut maintenir avec des Mbunas. Ils mesurent 12 cm pour le premier et 15 cm pour le second. Selon l'endroit d'où ils proviennent, les patrons de coloration diffèrent selon les localités. Autre particularité qui les rend facilement reconnaissables, ils possèdent une lèvre supérieure charnue et épaisse qui finit par ressembler à un « nez » avec l'âge.

Haplochromis Obliquidens
Haplochromis Obliquidens
Haplochromis Phytophagus
Haplochromis Phytophagus

Les Labidochromis

Le genre comprend 18 espèces dont la plus connue est, sans nul doute, le Labidochromis Caerulus et sa couleur jaune électrique. Ils sont proches des genres Pseudotropheus et Melanochromis. De l'espèce Caeruleus sont déclinées nombre de variétés dont la plupart ne sont pas encore décrites ou dont l'origine géographique n'est pas encore connue.

Haplochromis Obliquidens
Haplochromis Obliquidens
Haplochromis Phytophagus
Haplochromis Phytophagus

Les Maylandia (Metriaclima)

On les connaît également sous l'appellation Metriaclima. Les Maylandia proposent souvent un dimorphisme prononcé avec des couleurs différentes entre mâles et femelles. Exemples : M. Lombardoi avec un mâle jaune et une femelle bleue ou M. Estherae avec des mâles bleus et des femelles oranges ou roses.

Maylandia Lombardoi (mâle jaune)
Maylandia Lombardoi (mâle jaune)
Maylandia Estherae (mâle bleu)
Maylandia Estherae (mâle bleu)

Le Maylandia Callainos ressemble comme deux gouttes d'eau à l'Estherae, à ceci près qu'il ne possède pas d'ocelles sur sa nageoire dorsale. La confusion entre les deux espèces est très fréquente car les Estherae n'affichent pas toujours d'ocelles.

Maylandia Aurora
Maylandia Aurora
Maylandia Emmiltos
Maylandia Emmiltos
Maylandia Greyshakei
Maylandia Greyshakei
Maylandia Fainzilberi  « Nkanda »
Maylandia Fainzilberi « Nkanda »

Les Melanochromis

Ils n'excèdent pas 12 cm et ce sont des Mbunas. Le dimorphisme peut être flagrant avec des couleurs différentes ou être quasiment absent avec un patron de coloration semblable. On trouve encore certaines de ces espèces sous le nom de Pseudotropheus.

Chez Melanochromis Auratus, le mâle est bleu sombre avec deux longues barres longitudinales plus claires. La femelle, quant à elle, est jaune avec les deux mêmes barres mais sombres.

Melanochromis Auratus (mâle bleu)
Melanochromis Auratus (mâle bleu)
Melanochromis Cyaneorhabdos (ou Maingano)
Melanochromis Cyaneorhabdos (ou Maingano)

Chez le Maingano, pas de différence notable, il est préférable d'observer les papilles génitales pour déterminer le sexe du poisson.

Plutôt présent le long des côtes tanzaniennes, Melanochromis Kazkazini mesure entre 10 et 15cm et se nourrit, en milieu naturel, de gros invertébrés et de petits poissons. Le mâle est bleu avec deux bandes longitudinales bleu électrique alors que la femelle est blanche rayée de noir avec les extrémités des nageoires anale et caudale jaunes.

Melanochromis Kazkazini (mâle)
Melanochromis Kazkazini (mâle)
Melanochromis Kazkazini (femelle)
Melanochromis Kazkazini (femelle)

Les Nimbochromis

Ils doivent leur nom aux dessins en forme de nuages qui parsèment leur corps. Ce sont des poissons de grande taille (20-25 cm) et on ne les maintiendra pas avec des espèces qu'ils puissent avaler. On les maintiendra à raison de 3 individus pour 700-800L.

Ce sont des chasseurs à l'affût qui sont même capables de faire le mort pour tromper leurs proies en se couchant sur le flanc (N. Livingstonii). Dans la nature, il est piscivore mais en aquarium, on peut le nourrir avec des crevettes ou des alevins de petites espèces. Ne pas lui donner de viande.

Nimbochromis Venustus
Nimbochromis Venustus
Nimbochromis Livingstonii (ou Dormeur)
Nimbochromis Livingstonii (ou Dormeur)

Les Otopharynx

Avec des tailles tournant autour d'une quinzaine de centimètres, les Otopharynx vivent en petits groupes. Ce sont des poissons peu territoriaux . Bien que le régime alimentaire des différentes espèces ne soit pas le même, en aquarium, ils sont faciles à nourrir pourvu que la nourriture soit variée et de bonne qualité (paillettes, granulés, vivant et congelé), Ils se reproduisent facilement.

Otopharynx Lithobates « Zimbabwe Rock »
Otopharynx Lithobates « Zimbabwe Rock »
Otopharynx Tetraspilus
Otopharynx Tetraspilus
Otopharynx Tetrastigma
Otopharynx Tetrastigma
Otopharynx Walteri
Otopharynx Walteri

Les Placidochromis

Avec une moyenne de 15 à 17 cm adulte, c'est un poisson qui vit en harem et qui est d'un naturel assez paisible. On comptera de 700 à 800L selon l'espèce pour un petit groupe de 4-5 individus.

Otopharynx Lithobates « Zimbabwe Rock »
Otopharynx Lithobates « Zimbabwe Rock »
Otopharynx Tetraspilus
Otopharynx Tetraspilus
Otopharynx Tetrastigma
Otopharynx Tetrastigma
Otopharynx Walteri
Otopharynx Walteri

Les Protomelas

Ce sont des espèces courantes dans le lac Malawi qui doivent leur succès en aquariophilie à leur caractère paisible. Néanmoins, ils défendent leur frai avec beaucoup d'agressivité. Ils vivent en petits groupes et sont végétariens.

Protomelas Taeniolatus  (ou Namalenje)
Protomelas Taeniolatus (ou Namalenje)
Protomelas Annectens (ou Suiveur bleu)
Protomelas Annectens (ou Suiveur bleu)

Les Pseudotropheus

Protomelas Taeniolatus  (ou Namalenje)
Protomelas Taeniolatus (ou Namalenje)
Protomelas Annectens (ou Suiveur bleu)
Protomelas Annectens (ou Suiveur bleu)

Les Sciaenochromis

Les quatre espèces représentées par le genre étaient autrefois confondues en une seule Sciaenochromis Ahli. Cette appellation a été utilisée commercialement pour désigner certaines spécificités (Ahli Electric Blue, Blue Ahli, etc.). La plupart des poissons désignés par cette appellation sont en réalité des Sciaenochromis Fryeri. Ce sont des poissons polygames qui vivent en harem. Ils n'apprécient pas la nourriture lyophilisée ou sèche et il est préférable de les nourrir avec du vivant ou du congelé.

Sciaenochromis Fryeri
Sciaenochromis Fryeri

Le Cyrtocara Moorii ou Dauphin bleu est une figure emblématique du Lac Malawi et on le retrouve dans beaucoup d'aquariums. Cichlidé de grande taille avec 20 cm, le mâle adulte est caractérisé par une bosse qui augmente avec l'âge. La femelle présente une bosse moins prononcée. Il vit en harem et l'on comptera un minimum de 700L pour 5 individus. C'est un poisson calme et paisible qui ne s'occupe guère de ses colocataires. Attention aux crustacés, ils font partie de son régime alimentaire.

Cyrtocara Moorii (mâle adulte)
Cyrtocara Moorii (mâle adulte)

L'Hemitilapia Oxyrhyncha est également un gros poisson de 18 à 20 cm. A l'inverse du Cyrtocara, c'est un poisson agressif et violent avec les autres poissons territoriaux et encore plus quand il a un frai à défendre. Il vit d'ordinaire en groupe hors période de reproduction.

Hemitilapia Oxyrhyncha
Hemitilapia Oxyrhyncha

A savoir

Les photos choisies pour cet article présentent des espèces présentant les mêmes caractéristiques que celles en milieu naturel, à part une ou deux exceptions.

Depuis un certain nombre d'années, les éleveurs du monde entier ont croisé des variétés entre elles afin d'obtenir et de fixer certains traits particuliers comme les couleurs ou les formes des nageoires. C'est particulièrement vrais pour les Aulonocara mais pas seulement. Ces modifications ont fait appel à des sélections, hybridations voire même des injections de produits chimiques et ce, dans un but uniquement mercantile.

Sachez qu'en achetant ces poissons « non naturels », vous participez et encouragez indirectement ces pratiques douteuses et discutables où le bien-être du poisson passe après le compte en banque de son éleveur.

N'hésitez pas à partager et à réagir !

shanganagh-takhisis
shanganagh-takhisis Créé il y a 27 jours
Modifié il y a 24 jours
Voir les sources et remerciements
Lacs africains populaires en aquariophilie :
  1. Lac Tanganyika
  2. Lac Malawi
  3. Lac Victoria
Malawi, une richesse exceptionnelle

Ce lac est exceptionnellement riche en faune et flore aquatique qui comporte plus d'espèces que celle de n'importe quel lac. Par exemple, les cichlidés, presque totalement endémiques, sont très représentés, avec plus d'un millier d'espèces différentes !

Ceci peut vous intéresser

Voir les articles "faune"
Cet article peut constituer un point de vue propre à son auteur. Veillez à vérifier par vous même l'exactitude, la véracité ou la complétude des informations qui y apparaissent.

Un commentaire

eddy38
eddy38
Belle article mais attention aux erreurs...les Haplochromis Obliquidens sont des cichlidés du lac Victoria et pas du lac malawi.
Anonyme
Anonyme
Anonyme
Anonyme