Les maladies en aquarium

Les maladies en aquarium, notamment des poissons, sont nombreuses et peuvent être la conséquence d'une maintenance inadaptée : stress, volume trop petit, surpopulation, pollution et présence top importante de nitrites, chaleur excessive, ... Elles sont généralement causées par des virus, des bactéries, des parasites ou des vers.

Un poisson malade se reconnait aisément à son comportement apathique, voire atypique (frottements sur le fond ou aux décors, comportement inhabituel, ...) et à des tâches sur le corps. L'identification de la maladie est la clé d'un bon traitement.

Acidose
Acidose

Les poissons pipent l'air en surface et ont très généralement une nage hasardeuse. Chez les discus, il pourra être constaté des branchies brunâtres et une sécrétion de mucus conséquente. Lors d'une acidose importante, il n'est pas rare de constater les nageoires en lambeaux (forte pression osmotique).

Alcalose
Alcalose

Trouble de l'équilibre entre les acides et les bases de l'organisme (sang), avec prédominance de l'alcalinité pouvant générer un assombrissement de la peau, notamment chez les discus.

Argulus (pou de la carpe)
Argulus (pou de la carpe)

S’apparente à une tête d'épingle noire collée sur le corps du poisson. En réalité, en y regardant de plus près, des yeux et des pâtes peuvent y être observés. Les carpes et les poissons rouges sont les poissons les plus atteints, notamment au printemps.

Avitaminose
Avitaminose

Les symptômes de cette maladie sont multiples. Le poisson atteint peut présenter des troubles respiratoires, ne plus s'alimenter, perdre ses couleurs, déclencher une déformation de la colonne vertébrale, une fonte des nageoires, ... Une fois de plus, chez les cichlidés, cela peut aboutir à une apparition de trous dans la tête (courant pour compenser une carence alimentaire).

Camallanus (ver rouge du guppy)
Camallanus (ver rouge du guppy)

Cette maladie est simple à détecter. Constatation d'un ou plusieurs vers rouges au niveau de l'anus du poisson. Lorsque l'infection est à un stade plus avancé, le poisson montrera des signes de faiblesse, amaigrissement, abdomen distendu, selles blanches, hémorragies, pertes d'appétit, plaies internes, perte d'équilibre, ... Bien que cette maladie soit généralement associée aux guppies, elle peut également atteindre d'autres familles.

Capillariose
Capillariose

Ne sont essentiellement concernés que les cichlidés américains dont les discus. A l'origine, la maladie n'est pas très grave, en revanche, elle s'accompagne assez régulièrement d'autres maladies parasitaires. Excréments blancs, longs et d'aspect floconneux. A noter que la présence d'oeufs peut être constatée à l'aide d'une loupe.

Cécité du scalaire
Cécité du scalaire

Oeil infecté et anormalement gonflé constaté chez les scalaires. Cette maladie s'apparente à de l'exophtalmie.

Cestode
Cestode

Pas de symptôme visible. Les vers plats intestinaux provoquent une inflammation de l'intestin.

Columnariose (maladie du guppy)
Columnariose (maladie du guppy)

La columnariose aussi connue sous flavobacterium columnare se démarque par un voile blanc recouvrant la peau. Cette maladie apparaît généralement dans une eau chaude (> 24°) et se déclare régulièrement par la queue ou la nageoire dorsale pour s'étendre par la suite sur la totalité du corps.

Costiose (voile blanc)
Costiose (voile blanc)

La peau devient laiteuse et opaque. Cette maladie engendre peu à peu un trou dans le mucus, qui s'élargit et blanchit sur les extrémités, que l'on peut aisément constater à l'aide du lampe de poche en observant le poisson sur son côté. Corps recouvert d'un voile, sécrétions de mucus, rougeurs, il n'est pas rare de voir le poisson se frotter aux décors.

Dactylogyrus (vers de la peau et des branchies)
Dactylogyrus (vers de la peau et des branchies)

Le poisson malade se frotte aux éléments du décors et présente des difficultés à respirer. A noter que dans le cas d'une infestation importante, le poisson atteint aura tendance à être sous la surface de l'eau, tête vers le haut, et présentera des troubles respiratoires.

Déficit en oxygène
Déficit en oxygène

Le manque d'oxygène est facile à détecter. Il se constate lorsque les poissons s’agglutinent en surface pour s'oxygéner et piper de l'air. Les poissons respirent de manière accélérées et s'agitent.

Dermatite (dermite)
Dermatite (dermite)

Cette maladie engendre des mouvements rapides et saccadés ou oscillants. Le poisson malade se frotte au sol ou aux décors. Caractérisée par un voile trouble et visqueux. Il n'est pas rare de constater le poisson respirer en surface.

Diplostomose
Diplostomose

Ver trématode envahissant les muscles, les branchies, les viscères, la bouche et les yeux des poissons. Il n'est pas rare que cette maladie emmène à la cécité, notamment chez les discus et les scalaires.

Embolie gazeuse
Embolie gazeuse

Son nom provient du fait que des bulles gazeuses apparaissent sous la peau et dans le corps. Ces bulles sont principalement situées sur la tête, à proximité des yeux, ou parfois même, dans les yeux.

Ergasilus
Ergasilus

Parasite d'environ 1 à 2mm se présentant sur la peau et les branchies. La perte importante de sang accompagnée d'infections secondaires, telle que la pourriture des branchies, est un symptôme significatif de cette maladie.

Erythrodermatite (cyprinidés)
Erythrodermatite (cyprinidés)

Maladie souvent confondue avec la virose du printemps, elles se caractérisée par des tâches rouges dans la peau. Ces taches se transforment en abcès et éclatent. Suite à cela, des ulcères bordés de tâches blanches et des abcès éclatés avec un centre rouge apparaissent majoritairement sur les côtés du corps ainsi qu'à la naissance de la queue.

Exophtalmie (ou proptose)
Exophtalmie (ou proptose)

L'exophtalmie ou proptose n'est en réalité pas une maladie mais un symptôme d'une autre maladie bactérienne. Simple à détecter : oeil gonflé ou les deux, accumulation de liquide lymphatique.

Exophtalmie fongique
Exophtalmie fongique

Au début de la maladie, l'oeil est recouvert d'un blanc (type crème, ou d'un voile calcaire). Par la suite, l'oeil se met à gonfler de manière démesurée jusqu'à sortir de son orbite.

Furonculose
Furonculose

Présente de nodules et hémorragie généralement accompagné de nageoires dorsales effilochées et adipeuses. Exophtalmie (œil hors de l'orbite). Au travers de la peau pourra être constaté des nodules remplis de sang et de pus se formant dans les muscles. Il peut arriver que ces nodules perforent la peau laissant apparaître des ulcères hémorragiques au niveau du flanc, de la bouche, des nageoires, des opercules ou de la papille anale. A un stade avancé, la maladie peut atteindre les reins, le foie, la rate et autres organes. Il est également sous constaté des branchies pâles (anemies). Il est à noter que si le germe est absorbé avec les aliment, l'intestin peut-être aisément atteint et la partie terminale de l'intestin pourrait être fortement congestionné : l'anus en devient saillant.

Glossatela
Glossatela

Les symptômes sont de petites touffes blanches ressemblant à du coton ainsi que des blessures et des plaies plus ou moins importantes constatées sur l'ensemble du corps. Bien que l'aspect soit cotonneux, il ne s'agit pas d'une mycose mais d'un protozoaire. La différence est que les mycoses, contrairement aux protozoaires, s'apparentent à des filaments.

Gyrodactylose
Gyrodactylose

Les poissons atteints deviennent ternes, se frottent aux éléments du décor et sécrètent du mucus. Ils s'immobilisent et deviennent très peureux. Au stade final, le poisson aura tendance à rester au niveau du rejet du filtre ou au fond de l'aquarium.

Hexamitose (hexamita symphysodonis)
Hexamitose (hexamita symphysodonis)

Le poisson malade perd sa couleur, ne s'alimente plus et a tendance à avoir des selles blanchâtres suite à des dysfonctionnements intestinaux. Le poisson atteint restera généralement proche du fond. Par ailleurs, notamment chez les cichlidés, il ne sera pas rare de constater des trous au niveau de la tête.

Hydre
Hydre

Petit polype d'eau douce constitué de 6 à 10 tentacules urticantes. La présence de ce nuisible peut être détectée par la disparition d'alevins ou la présence de réactions urticantes sur la peau fine de certains poissons, pouvant, à ce propos, se frotter contre les éléments du décor.

Hydropisie
Hydropisie

Difficile à détecter dans la mesure où la maladie débute doucement et tranquillement. Les premiers signes sont des excréments blanchâtres, parfois à taille anormale et dépasser la taille du poisson. A un stade plus aboutit, les yeux peuvent légèrement gonfler ainsi que l'abdomen vis à vis d'une accumulation de liquide. Les écailles hérissées sont également un des signes caractéristiques. Le poisson peut également avoir tendance à nager en surface et peut avoir des difficulté à nager.

Ichthyophthirius (points blancs)
Ichthyophthirius (points blancs)

Le poisson est recouvert de points blancs similaires à des grains de sel pouvant atteindre quelques millimètres de diamètre, en moyenne 2mm. Les points apparaissent sur le corps et/ou les nageoires. Une basse d'appétit et une fatigue soudaine, avant même l'apparition du premier point, peuvent être notés.

Ichthyosporidium (maladie des trous)
Ichthyosporidium (maladie des trous)

Caractérisée par la lenteur du poisson se trouvant généralement au fond de l'aquarium ou en surface. Les sujets se rassemblent en groupe plus restreint ou s'isolent complètement. Les couleurs vives se ternissent et des trous commencent à se former, chez les poissons les plus atteints, sur la tête, bien souvent juste au dessus des yeux. Il peut en sortir du mucus blanc provenant de la nécrose du cartilage.

Lerneose (ver ancre)
Lerneose (ver ancre)

Parasite cutané s'apparentant à un petit bâton de couleur blanche. Il provoque de petits nodules jaunâtres à son point d'insertion. Ce parasite est vraisemblablement reconnaissable très facilement, notamment lorsqu'il s'agit d'une femme car elle a une forme d'ancre (sacs portant les oeufs). D'ailleurs, seules les femelles sont visibles.

Ligula intestinalis
Ligula intestinalis

Le poisson développe un gros ventre, une peau lisse et tendue tandis que les organes internes semblent être plutôt comprimés.

Lymphocystose (ou chou-fleur)
Lymphocystose (ou chou-fleur)

Constatée par la formation progressive de petits kystes blancs (/nodules) sur la peau et plus particulièrement sur les nageoires faisant communément penser à de petits choux fleurs.

Maladie des trous (cichlidés)
Maladie des trous (cichlidés)

La peau se déchire et s'ouvre aux endroits atteints pour laisser apparaître de la masse cartilagineuse blanche désintégrée. Des creux apparaissent et les trous ainsi formés peuvent atteindre différentes tailles, de 1mm à plusieurs centimètres. Ces symptômes sont accompagnés d'un assombrissement des couleurs, d’excréments blanchâtres et visqueux et d'un amaigrissement. Les agents pathogènes ne sont finalement visible qu'au microscope.

Mousse, mycoses, fungus
Mousse, mycoses, fungus

Caractérisée par des touffes blanches à aspect cotonneux ou poilu pouvant être localisées sur les nageoires, la bouche, le corps, ... en d'autres termes, à différents endroits du corps.

Mycobactériose (mycobacterium marinum)
Mycobactériose (mycobacterium marinum)

Cette maladie correspond à la tuberculose du poisson et est remarquable par le fait que le poisson s'assombri. Elle peut également aboutir à une perte d'appétit (amaigrissement), trouble de l'équilibre, écailles hérissées, nageoires abîmées, scoliose, ...

Myxobolus cérébralis
Myxobolus cérébralis

En aquarium, la maladie se manifeste par des formations muqueuses denses, à la base des nageoires. A ce propos, ces dernières peuvent également subir des déformations, notamment vis à vis de l'action destructive que le parasite a sur le cartilage.

Myxosomiose (maladie du tournis)
Myxosomiose (maladie du tournis)

Maladie courante chez les discus. Le poisson atteint est pris d'une crise de folie, comme pris de panique, il se met à foncer dans les vitres, les décors, se met à l'écart, complètement sonné. Ce comportement fonctionne par crises se montrant de plus en plus rapprochées. Au stade final, le poisson tourne sur lui même ou autour d'un axe imaginaire.

Nématode
Nématode

Caractérisée par des vers ronds intestinaux. Aucun symptôme visible si ce n'est peut-être, en phase avancée, la perte de couleur : le poisson devient terne, il ne se nourrit plus et perd du poids. Toutefois, les nématodes (vers ronds) présents sur tout le corps peuvent être visibles lorsqu'ils sont concentrés au niveau de l'anus.

Oodinium (maladie de velour)
Oodinium (maladie de velour)

Respiration rapide, les poissons se frottent contres les éléments du décors (sol, racines, pierres, ...). Les nageoires sont collées, pincées, et de très petits points blanc, voire jaune, de moins de 1mm envahissent le corps. Les poissons deviennent très rapidement lents et ne s'alimente plus. A un stade avancé de la maladie, cette dernière donne l'impression d'une peau de velour. Le poisson, généralement immobile au fond de l'aquarium, perd sa peau. Il n'est pas rare de constater une forte infestation des branchies conduisant au décès des poissons atteints et sans que le symptome clé (kystes sur la peau) ne soit finalement réellement visible. Aussi connue sous amyloodinium en eau de mer.

Parasite intestinal du scalaire
Parasite intestinal du scalaire

Le poisson atteint perd ses couleurs et a tendance à devenir très foncé. Craintif, il reste généralement proche du fond et ne nage quasiment plus. Aucun symptôme visible en dehors du changement de coloration.

Peste du discus
Peste du discus

Les couleurs perdent de leur vivacité et se ternissent. Production et perte de mucus, par plaques. Les poissons atteints se montrent stressés et s’agglutinent dans un coin de l'aquarium, souvent au fond mais parfois en surface. Des vers intestinaux et des surinfections peuvent apparaître, souvent matérialisées par des excréments blancs.

Piscicola geometra (sangsue géomètre)
Piscicola geometra (sangsue géomètre)

Le poisson atteint se frotte aux éléments du décor et secrète anormalement du mucus : présence de sangsues d'environ 1cm similaires à de petites virgules accrochées au corps du poisson.

Pléistophorose
Pléistophorose

La famille des characidés y sont très sensibles, notamment les néons : décoloration, scolioses, nage saccadée et désordonnée. Egalement constatée chez les hémigrammus et hyphessobrycons.

Point noir
Point noir

La maladie des points noirs est reconnaissable par l'apparition de kystes de couleur noire. Ces kystes peuvent se développer un peu partout sur le corps, les nageoires, les muscles, ...

Posthodiplostomum cuticola
Posthodiplostomum cuticola

La maladie est caractérisée par un parasite qui s'attaque aux muscles du poisson (points noirs, tâches noires).

Pourrissement de la bouche
Pourrissement de la bouche

Caractérisée par une plaque blanche sur la bouche et au alentours, le poisson régurgite à peu près tout ce qu'il mange.

Pourriture des nageoires ou corrosion
Pourriture des nageoires ou corrosion

Cette maladie attaque les nageoires qui semblent s'effilocher et semblent pourrir. Observée majoritairement sur les nageoires latérales. Un dépôt blanc sur les extrémités des nageoires endommagés peut être constaté suite à une surinfection.

Queue pincée
Queue pincée

Comme son nom l'indique, la maladie des queues pincées est reconnaissable par la caudale et la dorsale se retrouvant toutes pincées, repliées. Généralement, la nage du poisson en est impactée et ce dernier se déplace de manière saccadée. Épuisé, sa respiration s'accélère (d'autant s'il est atteint d'une infection des branchies) et manque petit à petit de vivacité. A ne pas confondre avec un stress temporaire qui peut aboutir aux mêmes symptômes. Afin de bien distinguer, un poisson stressé devrait conserver sa vivacité, s'affoler, s'isoler, ...

Saprolégniose & Achlya
Saprolégniose & Achlya

Le poisson atteint présente des excroissances, composées de filaments des moisissures, semblables à des tampons de ouate, sur les nageoires et le corps.

Shimmy
Shimmy

Le symptôme majeur de cette maladie réside dans une nage saccadée ou d'un dandinement sur place. Nageoires collées au corps et queue pincée peuvent également être constatés.

Sporozoasis Myolytica (maladie du néon)
Sporozoasis Myolytica (maladie du néon)

Le poisson semble être épuisé, affaibli, pâle et présente des troubles de l'équilibre. Grégaire, il a tendance à s'isoler de son groupe. Très régulièrement, cette malade s'accompagne d'une scoliose.

Tegastes acroporanus (red bugs)
Tegastes acroporanus (red bugs)

Cette "maladie" est matérialisée par la présence de points rouges, de "puces" rouges, infectant les acroporas.

Troubles de la vessie natatoire
Troubles de la vessie natatoire

Le poisson malade affecté par des troubles de la vessie natatoire perd totalement le contrôle de sa nage, flotte en surface ou au contraire coule en nageant vers le fond. Il peut également régulièrement nager sur le côté et tourner rapidement sur lui même pour tenter de se déplacer.

Tumeur
Tumeur

Comme chez l'être humain, les tumeurs peuvent être visibles sur le corps du poisson. Il ne sera également pas rare de constater des grosseurs anormales lors de tumeurs internes.

Ver blanc parasite de peau
Ver blanc parasite de peau

Apparition d'un ou plusieurs kystes transparents dans lesquels sont logés des vers blancs, parfois roses, de quelques millimètres de longueur, enroulés sur eux-mêmes. Le poisson malade conserve son comportement normal et ne semble pas souffrir de cette maladie. En aquarium, cette maladie ne touche visiblement que les paracheirodon axelrodi (cardinalis), les nematobrycon palmeri (tétras empereurs), et rarement les discus.

Vers intestinaux
Vers intestinaux

Identifiable au travers des excréments contenant un blanc légèrement gélatineux restant souvent longtemps collés a l'anus relativement plus grand qu'à l'accoutumé. Le poisson maigri, les excréments deviennent de plus en plus translucides, toujours blancs et gélatineux. Le poisson finit par ne plus se nourrir, ou très peu. Des troubles de la vessie natatoire peuvent alors survenir et perturber la nage. Sur le long terme, et ce pendant potentiellement plusieurs mois, le poisson maigris fortement jusqu'à constater l’ossature au travers d'une peau fine et translucide.