Coup d'oeil sur la famille tetraodontidae

Coup d'oeil sur la famille tetraodontidae

shanganagh-takhisis
Créé il y a 9 mois
Modifié il y a 9 mois

Généralités

La famille Tetraodontidae comprend plus de 200 espèces réparties dans 29 genres. Leur nom scientifique fait référence à leurs quatre (tétra) dents (odontes) soudées en forme de bec qu’ils utilisent pour écraser les coquilles de crustacés et de mollusques qui sont leurs proies naturelles. Leurs dents poussent en continu toute leur vie.

Crâne de rascasse
Crâne de rascasse
Crânes de tetraodons
Crânes de tetraodons

On les appelle également «poissons-globes» (Puffer, en anglais) car ils ont la faculté de se gonfler d’eau ou d’air quand ils sont effrayés ou attaqués, multipliant ainsi leur taille et se rendant impossibles à avaler par un prédateur.

Différentes formes de squelettes de Tetraodons
Différentes formes de squelettes de Tetraodons

Cette faculté est partagée par la famille Diodontidae à ceci près que les Diodons sont porteurs de piquants alors que les Tetraodons n’en ont pas. Cette différence est flagrante au regard de leur squelette respectif. On les appelle «Poissons Hérissons» ou «Poissons Porc-épic» (Porcunefishes, en anglais)

Squelette Diodon
Diodon
Diodon
Diodon
Tetraodon gonflé
Tetraodon gonflé

Venimeux non, toxique oui !

Un grand nombre de membres de la famille Tetraodontidae contiennent un neurotoxique particulièrement puissant : la Tetrodotoxine ou TTX. Elle agit en inhibant l’action des canaux sodium bloquant ainsi les influx nerveux. Elle est 100 fois plus toxique que le cyanure de potassium et il n’existe aucun antidote.

Cette toxine n’est pas présente chez les seuls poissons-globes, elle a aussi été isolée dans d'autres espèces incluant le triton de Californie, le poisson-perroquet, certaines grenouilles, certains crabes (par ex. : Atergatis), chez des étoiles de mer de la famille des Astropecten, chez le poulpe à anneaux bleus, chez des limaces de mer (Babylonia Japonica, Charonia Sauliae, Tufufa Lissostoma). On constate une prévalence certaine dans l'océan Indien.

Tetrodotoxine ou TTX
Tetrodotoxine ou TTX

Au Japon, on compte entre 80 et 100 décès par an dus à l’ingestion du fameux Fugu (Takifugu), un poisson-globe dont la chair est particulièrement appréciée. Seuls les cuisiniers possédant une licence accordée par l’État peuvent préparer ce poisson. Il s’agit de savoir retirer les organes toxiques du poisson (foie, intestins, gonades et peau dont le commerce est interdit) pour rendre sa chair inoffensive. Un restaurant japonais s’est vu retirer sa licence car, à la demande de son client, il lui a servi un foie de Fugu et, bien sûr, ce dernier en est mort. On consomme aussi le Fugu en Polynésie et en Thaïlande.

En élevage, le Fugu ne produit pas de TTX car il semble qu’elle soit due en particulier à une bactérie dont on a retrouvé des traces dans des algues rouges du genre Jania. La bactérie isolée dans ces algues et cultivée produit de la Tetrodotoxine. Les poissons-globes consomment ces algues et stockent la TTX dans leurs organes internes (foie, intestins, gonades) et leur peau. A noter que les poissons ne sont pas incommodés par l’ingestion de la Tetrodotoxine. On considère que les femelles sont plus toxiques que les mâles à cause de la concentration de TTX dans leurs ovaires.

Les symptômes d’une intoxication à la TTX apparaissent entre 30 minutes et 4 heures après l’ingestion apportant maux de tête, vertiges, vomissements, maux d’estomac, diarrhées, frissons et arythmie cardiaque, le malade perd ensuite sa mobilité mais reste conscient. Le décès par collapsus cardiaque survient dans les 6 heures après l’ingestion. Si le patient ne décède pas, il peut néanmoins en donner l’apparence en étant complètement paralysé tout en restant conscient et demeurer ainsi plusieurs jours. Ce poison exotique a enflammé l’imagination de tous les auteurs de romans policiers où on l’utilise comme arme du crime

Quelques genres

Arothron

Arothron Diadematus
Arothron Diadematus
Arothron Manilensis
Arothron Manilensis
Arothron Stellatus
Arothron Stellatus
Arothron Stellatus gonflé
Arothron Stellatus gonflé

Carinotetraodon

Avec 6 espèces, toutes exclusivement dulçaquicoles, les Carinotetraodons sont les plus petits de tous les poissons-globes, leur taille allant de 3 à 6 cm. On retrouve surtout, en aquariophilie, C. Travancoricus et C. Imitator qui lui ressemble tellement qu’on les confond parfois.

C. Borneensis
C. Borneensis
C. Imitator
C. Imitator
C. Irrubesco (C. à queue rouge)
C. Irrubesco (C. à queue rouge)
C. Lorteti (C. aux yeux rouges)
C. Lorteti (C. aux yeux rouges)
C. Salivator
C. Salivator
C. Travancoricus (Tetraodon nain)
C. Travancoricus (Tetraodon nain)

Colomesus

Deux habitats différents pour ce genre qui ne compte que deux espèces, Colomesus Asellus (7-11 cm) qui vit en petits groupes dans les eaux douces de l’Amazone et affectionne les zones de végétation et Colomesus Psittacus (25-30 cm) qui vit en solitaire dans les eaux saumâtres. Tous les deux sont largement répandus en Amérique du Sud et C. Psittacus est trouvé également en Amérique Centrale.

Si vous envisagez la maintenance de Colomesus, sachez qu’aucune reproduction n’a été encore mentionnée en aquarium et que les individus que vous achèterez seront tous sauvages. Ce ne sont pas des poissons destinés aux débutants.

C. Asellus (Poisson-ballon amazonien)
C. Asellus (Poisson-ballon amazonien)
C. Psittacus (Tetraodon rayé)
C. Psittacus (Tetraodon rayé)

Lagocephalus

Le genre est représenté par 11 espèces marines toutes toxiques. Une de ces espèces a opéré une migration de la Mer Rouge vers la Méditerranée via le Canal de Suez et s’est installée sur toute sa partie orientale. Aujourd’hui, au Liban, 7 poissons pêchés sur 10 sont des Lagocephalus Sceleratus, un a été pêché en France dans l’Aude et un a été découvert échoué mais vivant sur une plage de Bretagne et remis à l’eau.

Sceleratus se nourrit d’invertébrés, de crabes et de poissons, y compris ceux pris par les pêcheurs. La situation s’est dégradée au point qu’un programme conjoint entre le département de la Pêche de Chypre et l’Union Européenne récompense les prises de cette espèce à raison de 3 € par kilo de poisson. Entre 2012 et 2015, 83 tonnes ont été pêchées et ont coûté 245 000 €.

Lagocephalus Interruptus
Lagocephalus Interruptus
Lagocephalus gonflé
Lagocephalus gonflé

Sphoeroides

23 espèces représentent ce genre sur lesquelles on ne trouve que peu d’informations bien que la plupart aient été découvertes depuis longtemps.

S. Annulatus
S. Annulatus
S. Pachygaster (Tetraodon à tête plate)
S. Pachygaster (Tetraodon à tête plate)

Takifugu (ou Fugu)

On ne compte plus les intoxications dues aux Fugus qui sont parmi les plus toxiques de toute la famille Tetraodontidae. Le genre est représenté par une trentaine d’espèces dont au moins 11 sont en voie de disparition, notamment T. Chinensis dont les effectifs ont diminué de 99,99% depuis les années 70, conséquence de la pêche intensive.

La chair de Fugu étant un produit de luxe très apprécié et très onéreux au Japon et en Thaïlande, l’espèce T. Rubripes est maintenant élevée en fermes piscicoles. Les productions sont ensuite envoyées dans des usines les débarrassant de toutes les parties toxiques. Les poissons rendus inoffensifs sont ensuite distribués dans tout le pays.

Fugus en vivier au marché
Fugus en vivier au marché
Sashimi de Fugu
Sashimi de Fugu
T. Rubripes (Poisson-globe japonais)
T. Rubripes (Poisson-globe japonais)
T. Pardalis
T. Pardalis
T. Xanthopterus (T. à nageoires jaunes)
T. Xanthopterus (T. à nageoires jaunes)
T. Ocellatus (Tetraodon ocellé)
T. Ocellatus (Tetraodon ocellé)
T. Obscurus
T. Obscurus

Tetraodon

Le genre est représenté par 23 espèces vivant en eaux douces ou saumâtres. La plupart sont toxiques. Certaines peuvent être maintenues en aquarium à condition de bien choisir sa population.

T. Cutcutia (ex-Leiodon, poisson-globe ocellé)
T. Cutcutia (ex-Leiodon, poisson-globe ocellé)
T. Palembangensis (Poisson-globe à bosse)
T. Palembangensis (Poisson-globe à bosse)

Les deux suivants étaient auparavant appelés Dichotomyctères, ce sont des poissons d’eau saumâtre, réputés agressifs en aquarium envers les autres habitants du bac.

Tetraodon Fluviatilis (Poisson-globe vert)
Tetraodon Fluviatilis (Poisson-globe vert)
Tetraodon Nigroviridis (P.-G. vert tacheté)
Tetraodon Nigroviridis (P.-G. vert tacheté)

Le fleuron du genre est certainement le Tetraodon Mbu que l’on trouve au Congo et dans les Lacs Tanganyika et Malawi. Il peut atteindre 80 cm à l’age adulte mais en aquarium, il excède rarement les 40 cm. On n’envisagera pas moins de 750L pour un seul individu et 2000L pour deux. La population l’accompagnant devra être choisie avec soin pour éviter les accidents, le Mbu, très vorace, pouvant parfois se montrer agressif.

Limnotilapia Dardeinni mordu par un Tetraodon Mbu
Limnotilapia Dardeinni mordu par un Tetraodon Mbu
Tetraodon Mbu
Tetraodon Mbu

Pourtant, le Mbu est un animal particulièrement sociable, capable de tisser un lien très fort avec son soigneur, se laissant même caresser. Toute médaille a son revers et il faudra habituer le Mbu dès son plus jeune âge à être nourri par deux personnes ou plus, le risque étant qu’il refuse de s’alimenter s’il n’est pas nourri par son soigneur habituel, allant jusqu’à se laisser mourir de faim.

Si vous désirez admirer de visu ce magnifique poisson, sachez que vous pouvez en voir un exemplaire à l’Aquarium du Palais de la Porte Dorée, à Paris.

Torquigener

Avec une vingtaine d’espèces, le genre est surtout connu par l’un de ses représentants : T. Albimaculosus, le Poisson-globe bâtisseur.

Couple de Torquigener Albimaculosus
Couple de Torquigener Albimaculosus

Après la découverte d’un certain nombre de «crop circles» sous-marins, il y a une vingtaine d’années, beaucoup se demandaient quelle était leur origine et qui pouvait bien les avoir réalisés. C’est un photographe japonais qui eu la joie de découvrir l’artiste à l’œuvre.

Nid de Torquigener Albimaculosus
Nid de Torquigener Albimaculosus
Nid de Torquigener Albimaculosus
Nid de Torquigener Albimaculosus

Ce petit poisson de 13 cm construit, pour séduire une femelle, un nid de 2 mètres de diamètre, parfaitement circulaire et symétrique. Une fois la structure terminée, il en décore les crêtes avec des coquillages, des cailloux ou de petits débris. De quoi faire une jolie décoration...

Décoration de cailloux et débris
Décoration de cailloux et débris
Décoration de coquillages
Décoration de coquillages

Quand une femelle vient inspecter le nid, le mâle frétille pour faire bouger les particules autour de lui et attirer ainsi son attention. Si la femelle est séduite, elle viendra rejoindre le mâle au centre de la structure pour frayer, après quoi elle s’en ira, le mâle surveillant seul le frai pendant encore une semaine. Fabrication du nid et accouplement de Torquigener Albimaculosus ici :

Les poissons-globes géants

Bien qu’elles ne soient plus classées dans la famille Tetraodontidae dont elles faisaient autrefois partie, je ne peux résister à l’envie de vous présenter les plus grandes espèces de poissons-globes qui possèdent maintenant leur propre famille, Molidae : les Môles ou Poissons-Lune. La famille comprend trois genres: Mola, Masturus et Ranzania. Les Môles se déplacent en utilisant leurs nageoires dorsale et anale comme godilles, les pectorales servant à garder l’équilibre. La caudale a disparu au cours de son évolution et consiste en une pseudo-queue appelée clavus.

Bien que ce soit des poissons osseux, leur squelette comporte une part non négligeable de cartilages, beaucoup plus légers et qui leur permettent d’atteindre des tailles très importantes. Les Môles ne cessent jamais de grandir et sont considérées comme les poissons les plus lourds du monde. Plus elles mangent, plus elles grandissent !

Squelette de Mola Mola
Squelette de Mola Mola
Squelette de Mola Mola
Squelette de Mola Mola

Mola

Plongeur et Mola Mola (Poisson-Lune)
Plongeur et Mola Mola (Poisson-Lune)

Les Molas, ou Crapets-Soleil (Sunfish, en anglais) peuvent peser jusqu’à 1,5 tonne, voire bien plus. Ce sont des animaux lents capables d’accélérations fulgurantes. Vivant en bancs, leurs alevins ressemblent à de petits hérissons puis ils perdent leurs épines en grandissant et deviennent solitaires. Adultes, les Môles peuvent mesurer jusqu’à 3,20 m de longueur comme de hauteur.

Alevin de Môles
Alevin de Môles
Alevin de Môles
Alevin de Môles

On trouve des Môles dans tous les océans tempérés et tropicaux où elles vivent à des profondeurs inférieures à 200 m. et on les voit régulièrement monter à la surface pour prendre des bains de soleil (Mola Mola).

Zones de fréquentation des Môles
Zones de fréquentation des Môles

Si leurs alevins et juvéniles sont la proie des thons rouges (entre autres), les adultes, sans réelle défense, sont les victimes des lions de mer, des requins et des orques.

En ce qui concerne leur pêche et malheureusement pour elles, il n’existe de législation dans aucun pays du monde. Si elles sont pour 30 % dans les victimes de la pêche à l’espadon en Californie, ce chiffre explose et monte à 90 % des prises en Méditerranée. Certains petits pêcheurs les considèrent comme leur faisant concurrence et leur coupent les nageoires, triste pour les Môles qui se nourrissent de méduses et de calmars pour l’essentiel. Une Môle de 120 kg en consomme 71 kg par jour.

Toutes les parties de la Môle sont comestibles, organes internes compris, sa chair étant très appréciée en Asie, notamment à Taïwan et au Japon. En revanche, le commerce de sa viande est interdit dans l’Union Européenne pour des raisons d’hygiène.

On ignore son espérance de vie dans son milieu naturel mais elle est au moins de 10 ans en aquarium, L’observation de jeunes spécimens en captivité a montré qu’elle peut passer de 26 à 400 kg pour une taille d’1,80 m en 15 mois.

On peut observer des Môles en captivité dans de très grands bassins tels l’aquarium Kaiyukan d’Osaka ou le Pavillon des Océans de Lisbonne. Si vous préférez le milieu naturel, les Môles font la joie des touristes dans certains endroits.

Mola Alexandrini, ex-Ramsayi
Mola Alexandrini, ex-Ramsayi
Mola Tecta (Poisson-lune trompeur)
Mola Tecta (Poisson-lune trompeur)
Mola evolution

Masturus Lanceolatus

Il peut atteindre 3,40 mètres de long et peser jusqu’à 2 tonnes. On le connaît sous le nom vernaculaire de Crapet à queue pointue. Bien que moins souvent visible en surface que les Molas, il est largement répandu dans toutes les eaux tropicales et tempérées. Le plus grand poisson-lune jamais capturé était de cette espèce.

Masturus Lanceolatus (Crapet à queue pointue)
Masturus Lanceolatus (Crapet à queue pointue)

Ranzania Laevis

Elle est nommée de diverses façons : Crapet Mince, Mola Mince, Poisson-lune élancé, c’est la plus petite des Môles avec une taille n’excédant pas le mètre.

Ranzania Laevis (Crapet mince)
Ranzania Laevis (Crapet mince)

Quelques questions récurrentes

Comment choisir son Tetraodon ?

Observez-le ! Il doit être actif. Les Tetraodons sont des poissons curieux qui viennent voir ce qui se passe quand on s’approche. Un Tetraodon posé au sol est probablement malade. Pour les Dichotomyctère Biocellatus (ex-Tetraodon Biocellatus) et Tetraodon Nigroviridis, l’estomac doit être blanc, sans coloration.

Tetraodon Biocellatus (timbre afghan)
Tetraodon Biocellatus (timbre afghan)
Mon Tetraodon change de couleur, est-ce normal ?

Oui ! Les changements de couleur sont utilisés pour se camoufler et échapper ainsi aux prédateurs. Ils foncent également quand la lumière baisse ou quand ils commencent à stresser. Et non ! S’il devient trop foncé, c’est qu’il est malade !

Mon Tetraodon a une partie de la peau presque noire, est-ce normal ?

C’est assez fréquent et semble n’arriver qu’à l’acclimatation que les Tetraodons peuvent avoir du mal à supporter. Vérifiez vos paramètres.

Mon Tetraodon a l’estomac gonflé alors que je ne l’ai pas nourri ?

Il est peut-être victime d’une infection virale ou bactérienne. Si le gonflement ne réduit pas dans la journée, essayez un traitement anti-bactérien.

L’estomac de mon Tetraodon est gonflé et granuleux ?

L’estomac du Tetraodon prend la forme des aliments qu’il contient et il peut aussi avaler de petits graviers qu’il recrache par la suite.

Mon Tetraodon ne grandit pas, est-ce normal ?

Il peut grandir très lentement. Si vos paramètres et son alimentation sont corrects pour la maintenance de l’espèce que vous possédez, ne vous inquiétez pas.

Mon Tetraodon mange constamment et semble avoir toujours faim ?

Les Tetraodons ont un appétit démesuré et peuvent manger jusqu’à éclater ! Il ne faut pas les suralimenter mais plutôt les nourrir avec de petites quantités 2 à 3 fois par jour, ils seront plus actifs en cherchant de quoi manger dans l’aquarium.

Mon Tetraodon mange du gravier, est-ce normal ?

Cela arrive parfois et l’on ignore pourquoi. Pas d’inquiétude, il le régurgitera après l’avoir gardé un moment. Peut-être est-ce pour broyer les aliments dans son estomac, à l’instar des oiseaux.

Mon Tetraodon fait des trous dans les feuilles des plantes, a-t-il besoin d’un apport végétal ?
Tetraodon trous dans les feuilles

Non. Les Tetraodons sont très curieux et ils cherchent constamment leur nourriture dans les plantes, à commencer par les escargots, quand ils trouvent quelque chose, ils le mordent, d’où les trous.

Les dents de mon Tetraodon ont trop poussé et il ne peut plus manger ?
Dents longues tetraodons

C’est lié à son alimentation. Les Tetraodons ont les dents qui poussent en continu, s’ils ne peuvent pas les limer sur leur alimentation, elles finissent par être trop grandes.

Vous devez introduire, dans leur alimentation, des escargots, moules, pattes de crabes, crevettes avec leur coquille ou carapace. Vous pouvez également mettre un morceau de corail dans l’aquarium mais il n’est pas prouvé qu’il s’en serve. S’il est déjà trop tard pour que l’apport de cette alimentation change quoi que ce soit, il est possible de couper l’excédent avec une pince. Vous trouverez comment faire ici :

Comment faire gonfler mon Tetraodon ?

C’est simple : ne le faites pas ! Un Tetraodon ne se gonfle qu’en cas de danger ou d’agression, ce qui implique un grand stress ! Quand un Tetraodon est gonflé, il ne peut plus quasiment plus nager ce qui ajoute encore à son stress.

N'hésitez pas à partager et à réagir !

shanganagh-takhisis
shanganagh-takhisis Créé il y a 9 mois
Modifié il y a 9 mois
Sources & Documentation
Cet article peut constituer un point de vue propre à son auteur. Veillez à vérifier par vous même l'exactitude, la véracité ou la complétude des informations qui y apparaissent.
livraison sécurisée d'animaux vivants

3 commentaires

NakMuay
NakMuay
Superbe ! Comme d'hab !
TortueGeniale91
TortueGeniale91
HAAAAAAAAAAAAAAAA

Je les adore trop, merci 🤩👍
shanganagh-takhisis
shanganagh-takhisis
Avec plaisir !
Anonyme
Anonyme
Anonyme
Anonyme