Anémones et poissons-clowns

Anémones et poissons-clowns

shanganagh-takhisis
Créé il y a 4 mois

Généralités

Les poissons-clowns, de la famille des Pomacentridés, représentent 31 espèces des genres Amphiprion (29) et Premnas (2). Ce sont des poissons n’excédant pas 10 cm pour les Amphiprions et jusqu’à 16 cm pour les Premnas. Leurs habitats se situent dans les lagons et les récifs coralliens de la zone Indopacifique ainsi qu’en Mer Rouge.

carte anémones et poissons-clowns

Bien connus pour leur symbiose avec certaines anémones de mer, on en sait souvent moins sur eux qu’on ne le pense.

Chez les poissons-clowns, c’est la femelle qui domine et elle se mettra en couple stable avec un mâle sexuellement mature, les autres individus gravitant autour du couple ne participant pas à la reproduction. S’il n’y a pas de dimorphisme apparent au niveau de leur couleur, on peut noter que la femelle est généralement plus grande que le mâle.

En dehors de leur symbiose avec les anémones de mer, leur autre particularité est un hermaphrodisme successif (ou séquentiel) protandre, ce qui signifie que les organes mâles et femelles ne sont pas matures en même temps, ce qui évite l’autofécondation. Le poisson sera mâle une partie de sa vie et femelle ensuite. Par opposition, un poisson hermaphrodite protogyne sera d’abord femelle, puis mâle.

Leurs couleurs sont en général dans les tons jaunes, orangés ou rouges et, selon les espèces, peuvent présenter de 1 à 3 bandes blanches, composées d’iridophores qui renvoient la lumière. Le mélanisme est également présent sous l’apparence de marques noires mais il est induit par l’anémone-hôte et l’on ne sait pas encore pourquoi.

Une variété peut présenter des dessins en « dentelle » plus ou moins développés, Premnas Epigrammata.

L'alimentation

Leur alimentation principale est constituée de plancton ainsi que de copépodes et de larves de tuniciers (ou Ascidies).

Ascidie bleue
Ascidie bleue
Ascidie verte
Ascidie verte
tuniciers
tuniciers
Larve d’Ascidie

En aquarium, si un poisson-clown trouve un aliment trop gros pour lui, il le rapporte sur son territoire pour qu’il soit protégé par son anémone mais c’est bien souvent cette dernière qui en profite. Cela peut laisser penser que le poisson nourrit son hôte car l’anémone est carnivore, mais cela n’est pas le cas.

Si ce comportement n’a été que rarement constaté dans la nature où le poisson-clown ne trouve pas de grosses proies, il semble fréquent en aquarium.

Il est difficile d’estimer l’espérance de vie des poissons-clowns car celle-ci est directement liée à la protection de l’anémone-hôte. De même, la taille d’un poisson-clown n’est pas inhérente à son âge mais à la structure sociale du groupe. Un poisson subadulte n’est pas forcément un animal jeune. En revanche, la femelle dominante est toujours la plus âgée.

La reproduction

Les couples de poissons-clowns sont stables et peuvent durer des années mais pour la reproduction, tout dépend de la zone de vie du poisson-clown : en zone tropicale, elle a lieu toute l’année avec des pics et dans les zones subtropicales ou chaudes, elle se limite au printemps et à l’été quand la température de l’eau est la plus chaude.

Il semble exister, pour certaines espèces, un lien avec le cycle lunaire, la ponte intervenant à la pleine lune, l’éclat de cette dernière, le gardant en alerte, lui permet d’assurer la surveillance du nid.

Plusieurs jours avant la ponte, on peut observer une augmentation de l’’activité des poissons caractérisée par des courses-poursuites, l’érection des nageoires et la fabrication d’un nid. Le mâle exécute ensuite une nage rapide de haut en bas (« signal jumping ») pour attirer l’attention de la femelle puis s’exhibe devant elle toutes nageoires déployées.

Pour la construction du nid, le mâle choisit une surface solide et nue très proche de l’anémone-hôte, allant même jusqu’à mordiller les tentacules pour qu’ils se rétractent et fassent de la place sous son disque.

Pour les espèces d’anémones vivant sur le sable, le problème est autre et le poisson doit rapporter de quoi faire un support de ponte. Il ira donc chercher des morceaux de coquillages ou tests d’oursins et tout ce qui peut faire l’affaire.

Une fois le site de ponte bien nettoyé, la femelle rejoint le mâle. La ponte a généralement lieu le matin et dure de 30 minutes à 2 heures. La femelle colle de 600 à 1600 œufs à l’aide de son ovipositeur, le mâle la suivant de près pour les féconder. Le mâle s’occupe ensuite de surveiller et ventiler les œufs, retirant les débris et les œufs non fécondés.

reproduction anemone poisson clown
reproduction anemone poisson clown

Les œufs de 3-4 mm sont ovales et collés au support par une petite touffe de filaments collants et ils écloront au bout d’une semaine.

Les larves

Une fois les œufs éclos, intervient le stade larvaire qui durera 8 à 12 jours et où les larves Les œufs de 3-4 mm sont ovales et collés au support par une petite touffe de filaments collants et ils écloront au bout d’une semaine.transparentes de 3-4 mm vont remonter en surface et se laisser porter passivement par les courants. Au bout de ce laps de temps, les larves redescendent au fond où elles se transformeront en juvéniles qui arboreront leurs premières couleurs.

Il est vital à ce stade que les jeunes poissons trouve leur anémone-hôte pour ne pas se faire dévorer par des prédateurs. Certains repèrent leur anémone au pif, ou à vue ou encore, en suivant un marqueur chimique produit par l’anémone.

Le jeune poisson doit encore s’acclimater à son anémone pour être immunisé contre son pouvoir urticant et comme il y a beaucoup moins d’anémones disponibles que de poissons, la lutte est rude et les pertes énormes.

metamoprhose

L'immunité

On ne sait toujours pas vraiment comment le poisson-clown est immunisé du contact urticant de l’anémone et les spéculations vont bon train. Néanmoins, plusieurs théories courent sur le sujet.

On sait quand même que c’est le mucus présent sur le corps du poisson qui le protège mais il n'est pas clairement établi si le mucus est produit par le poisson lui-même, par l'anémone ou par les deux. En 2000, une équipe de recherche israélienne met en évidence dans le mucus extracorporel de l'anémone un composé qui neutralise la contraction des cnidocytes (organite venimeux capable de libérer une substance urticante). Un poisson-clown récemment introduit dans une anémone, ira se frotter dans ses tentacules, peut-être pour se recouvrir de ce mucus. C'est en « ressentant » ce mucus que l'anémone ne se pique pas elle-même lorsque ses tentacules se touchent. Les poissons pourraient utiliser cette propriété à leur avantage. D'autre part, il y a aussi des preuves que le propre mucus des poissons-clowns les protège des anémones.

anemone et poisson clown
anemone et poisson clown

Quel bénéfice pour l'anémone ?

Outre le fait que les poissons-clowns débarrassent les anémones d’éventuels prédateurs, ces dernières possèdent des Zooxanthelles dans l’endoderme de leur tentacule (feuillet cellulaire). Ces zooxanthelles sont des algues unicellulaires auxquelles les déjections et les débris alimentaires des poissons-clowns profitent fort bien (ammoniac, phosphates), elles favorisent la photosynthèse qui profite directement à l’anémone sous forme d’une énergie directement assimilable : l’énergie solaire ! Cette énergie est la première et principale source d’énergie des anémones.

Son anatomie

C’est un cnidaire comme les polypes, qui forment les coraux, et les méduses. L’anémone est un polype solitaire sans squelette calcaire.

anatomie anemone
1 – Tentacules. 2 – Pharynx. 3 – Gonades. 4 – Paroi. 5 – Septum complet. 6 – Cinclide. 7 – Acontie. 8 – Disque podal. 9 - Disque rétracteur. 10 – Septum incomplet. 11 – Stomate. 12 – Col. 13 – Bouche. 14 – Disque oral.

Elles sont généralement sédentaires mais peuvent également se déplacer par reptation, certaines étant même capables de nager en cas d’agression.

L'alimentation

Outre l’énergie générée par l’activité des zooxanthelles, elle complète son alimentation avec du plancton, des crevettes ou de petits poissons qu’elle attrape avec ses tentacules.

D'autres symbioses ?

Et oui, chacun sa parade, les poissons-clowns sont couverts de mucus mais il y a d’autres moyens de se protéger : les carapaces ! Les crustacés ne sont pas rares à s’inviter et même à emmener leur hôte avec eux comme Dardanus Deformis, un Bernard-l’hermite.

Bernard-L’hermite Dardanus Deformis
Bernard-L’hermite Dardanus Deformis
Crevette Periclimenes Yucatanicus
Crevette Periclimenes Yucatanicus
Crabe Porcelaine Neopetrolisthes Maculatus
Crabe Porcelaine Neopetrolisthes Maculatus

On retrouve également, dans huit espèces de nos anémones, des Demoiselles à Trois Points (Dascyllus Trimaculatus). Les Dascyllus adultes ne vivent pas dans une anémone mais à proximité, en revanche, leurs alevins y plongent en cas de danger et y restent jusqu’à ce qu’il soit écarté. On peut trouver jusqu’à 60 individus dans une seule grande anémone. C’est un poisson grégaire qui se déplace en grand groupe.

Dascyllus Trimaculatus
Dascyllus Trimaculatus
En groupe avec un Amphiprion Clarkii
n groupe avec un Amphiprion Clarkii

Les anemones-hôtes

Elles sont fort peu à accueillir les poissons-clowns : dix ! Et pas une de plus ! Enfin, pour l’instant...

Anémone Adhésive ou Anémone Pizza (Cryptodendrum Adhaesivum)

Cryptodendrum Adhaesivum

Cette anémone accepte que les Amphiprion Allardi et Clarkii ainsi que les Demoiselles à Trois Points.

Indopacifique, elle atteint un diamètre de 30 à 35 cm et vit sur les fonds sableux, à la limite du décor, elle n’aime pas tellement le courant. En aquarium, elle est à placer dans un endroit calme. Attention, aux coraux dont il faut l’éloigner sinon ils feront les frais de son agressivité (brulures).

Anémone à bouts renflés (Entacmaea Quadricolor)

Entacmaea Quadricolor
Entacmaea Quadricolor
Entacmaea Quadricolor

C’est la seule espèce à posséder ces renflements mais ils n’apparaissent que si elle est habitée par un poisson-clown (commensal). Elle peut accueillir la grande majorité des poissons-clowns ainsi que des Demoiselles à Trois points.

Anémone Collier de Perle (Heteractis Aurora)

Heteractis Aurora

Une autre anémone des sables qui atteint un diamètre de 30 à 40 cm. Vivant exclusivement sur le sable, il faudra lui aménager de larges plages de sable. Il sera aisé de placer vos coraux sur les roches afin de leur éviter le contact de cette anémone agressive. Pour se développer, elle aura besoin d’un fort éclairage pour nourrir ses zooxanthelles, n’oublions pas qu’elles sont leur première source d’énergie.

Anémone Cuir (Heteractis Crispa)

Heteractis Crispa
Heteractis Crispa

Cette anémone résistante aime le courant et un bon éclairage, et elle peut se fixer à peu près où elle veut. Elle se déplace et risque de brûler les coraux sur son passage. Elle peut accueillir bon nombre de poissons-clowns ainsi que des Dascyllus.

Anémone Magnifique ou Anémone à Pied rouge (Heteractis Magnifica)

Heteractis Magnifica
Heteractis Magnifica

Heteractis Magnifica a la particularité de viser le point le plus haut dans l’aquarium, pour éviter qu’elle ne le recherche et brûle vos coraux sur son passage, installez-la sur une hauteur de pierres vivantes, avec un bon brassage et un bon éclairage. Elle aussi accepte de nombreux colocataires.

Anémone Délicate (Heteractis Malu)

Heteractis Malu

De 30 à 40 cm de diamètre, cette anémone originaire d’Hawaï n’aime pas le courant mais doit pouvoir bénéficier d’une très forte lumière (HQI). Elle vit exclusivement sur le sable et est assez fragile. On la nourrit de morceaux de poissons, de moules et autres aliments carnés.

Anémone Tire-bouchon (Macrodactyla Doreensis)

Macrodactyla Doreensis
Macrodactyla Doreensis

Elle doit son nom à ses tentacules qui, quand ils sont jeunes, présentent une forme en tire-bouchon qui s’estompe avec l’âge. Bien qu’elle vive sur le sable, elle aime les courants forts ce qui pose problème en aquarium. Elle préfère en général le fond de l’aquarium et il faudra garder les coraux hors de sa portée. Elle peut accueillir les amphiprions Clarkii, Perideraion et Polymnus et les Dascyllus.

Anémone Carpette (Stichodactyla Gigantea)

Stichodactyla Gigantea
Stichodactyla Gigantea

De 40 à 50 cm, elle est originaire de la zone indopacifique et des Caraïbes. C’est une anémone qui vit exclusivement sur le fond et il est donc assez facile de la placer à l’endroit voulu dans l’aquarium. Elle nécessite un très bon éclairage et une bonne épaisseur de sable où elle pourra enfoncer son pied pour s’ancrer. En plus des zooxanthelles, on pourra la nourrir avec des morceaux de poissons ou de crevettes une fois par semaine. C’est une anémone résistante qui accueille de nombreux commensaux.

Anémone de Haddon (Stichodactyla Haddoni)

Stichodactyla Haddoni
Stichodactyla Haddoni
Stichodactyla Haddoni

Autre anémone-carpette, et comme la précédente, elle préfère le fond de l’aquarium où elle pourra trouver assez de sable pour s’ancrer. On la nourrira aussi avec de petits cubes de poisson ou des morceaux de crevette.

Anémone de Mertens (Stichodactyla Mertensii)

Stichodactyla Mertensii
Stichodactyla Mertensii

Jusqu’à un mètre de diamètre et l’on comprendra aisément que cette anémone n’ait sa place que dans de très grands aquariums pour qu’elle puisse s’épanouir.

Elle aussi s’ancrera dans le sable et il est facile de prévoir à quel emplacement on peut l’installer pour préserver les coraux de son agressivité. Elle accepte une bonne partie des poissons-clowns et Dascyllus.

Qui abrite qui ?

Voici un petit tableau des diverses associations entre anémones et poissons-clowns. Bien que les Dascyllus Trimaculatus ne soient pas des poissons-clowns, ils sont bien souvent présents dans leurs environs immédiats, ils ont donc été ajoutés dans le tableau suivant.

Tableau des associations entre anémones et poisson-clown
Maintenance : Vert, facile ; orange, confirmé ; rouge, expert

Les poissons-clowns

Les Amphiprions

Akallopisos
Akallopisos
Akindynos
Akindynos
Allardi
Allardi
Barberi
Barberi
Bicinctus
Bicinctus
Chagonensis
Chagonensis
Chrysogaster
Chrysogaster
Chrysopterus
Chrysopterus
Clarkii
Clarkii
Ephippium
Ephippium
Frenatus
Frenatus
Fuscocaudatus
Fuscocaudatus
Latezonatus
Latezonatus
Latifasciatus
Latifasciatus
Leucokranos
Leucokranos
Mccullochi
Mccullochi
Melanopus
Melanopus
Nigripes
Nigripes
Ocellaris
Ocellaris
Omanensis
Omanensis
Pacificus
Pacificus
Percula
Percula
Perideraion
Perideraion
Polymnus
Polymnus
Rubrocinctus
Rubrocinctus
Sandaracinos
Sandaracinos
Sebae
Sebae
Thiellei
Thiellei
Tricinctus
Tricinctus

Les Premnas

Biaculeatus
Biaculeatus
Epigrammatus
Epigrammatus
N'hésitez pas à partager et à réagir !

shanganagh-takhisis
shanganagh-takhisis Créé il y a 4 mois
Sources
Poisson Nemo ?

Le poisson nemo n'existe pas ! Le film d'animation "Le monde de Nemo" produit par Walt Disney a popularisé le poisson-clown dès 2003. Tous les enfants ont très rapidement souhaité obtenir un poisson nemo pour le maintenir en aquarium. Nombreux furent les déçus lorsqu'ils ont finalement appris le litrage nécessaire, les contraintes et les difficultés liées aux aquariums d'eau de mer et à la maintenance des poissons-clowns. Adopter un poisson n'est pas un jeu d'enfant et demande des responsabilités et des connaissances qui engagent sur la durée.

Ceci peut vous intéresser

Voir les articles "faune"
Cet article peut constituer un point de vue propre à son auteur. Veillez à vérifier par vous même l'exactitude, la véracité ou la complétude des informations qui y apparaissent.

Aucun commentaire

Anonyme
Anonyme
Anonyme
Anonyme