Fantaisies sur les Bucephalandra

Fantaisies sur les Bucephalandra

maxoum
Créé il y a 4 mois
Modifié il y a 4 jours

Il y a quelques années ces plantes endémiques de Bornéo sont apparues dans le hobby pour quelques grands fans de plantes rares. Fabuleuse époque où chaque acquisition était presque du fantasme avec peu de vendeurs et un impact sur la nature assez faible. Assez rapidement la fièvre bucephalandra a atteint de plus en plus d'aquariophiles jusqu’à devenir des plantes presques banales pour certaines variétés, tant les prix ont suivi la demande à contre sens, mais là n'est pas le sujet de cet article directement, bien que ça pourrait en partie expliquer pourquoi il y a tant de fantaisie sur le nombre de variétés supposées et leurs nomenclatures...

Dans ces lignes j'espère apporter au plus grand nombre un peu plus de réalité sur ces plantes merveilleuses pour lesquelles il y a tant de légendes urbaines que ça finit par manquer de clarté.

Velvet, Paris, browny, curly, alamanda, gaia, biblis, heron, copi susu, theia, achiles,... Aux premiers temps de l'arrivée des buces dans notre passion, tous ces noms faisaient référence à des formes/colorations bien précises mais déjà, à l'époque, cela traduisait une bonne dose d'ignorance à leur sujet. Aujourd'hui, avec la démocratisation de ces plantes, le nombre de vendeurs a suivi la demande et le nombre d'appellations fantaisistes a suivi le même chemin, avec de moins en moins de rigueur au fur et à mesure que les prix chutaient. De la frénésie est né un marasme mais malheureusement un mal nécessaire, vous allez le comprendre dans les lignes qui vont suivre car le but n'est pas de remettre en cause les centaines d'appellations mais de vous donner de quoi mieux comprendre tout cela et vous permettre de choisir vos bucephalandra avec moins de non-dits en tête.

Quels sont les éléments importants à connaître qui expliquent tant de fantaisie dans la nomenclature des bucephalandra ?

Polymorphe/polychrome

Les bucephalandra ont ce petit coté kinder surprise qui leur donne vraiment un attrait particulier, suivant les espèces (vraies espèces, décrites ou non) elles sont plus ou moins polymorphes et/ou polychromes.

Polymorphes dans le fait que, suivant les conditions de vie qui lui sont apportées, notre bucephalandra peut avoir un petit je ne sais quoi d'unique dans sa façon de pousser, les feuilles moins larges que ce à quoi on pourrait s'attendre pour l'espèce, peut être plus rigides qu'à l'accoutumée, plus allongées, plus ondulées, plus pointues... une B. pigmaea ne ressemblera jamais à une B. blelindae, mais suffisamment de petites différences pour mettre le doute sur son identité.

Polychromes, au même titre, les conditions de vie de notre bucephalandra influent sur le panel de colorations que les feuilles vont adopter et là c'est un vrai feux d'artifice : du vert de toutes nuances, du brun, du rouge, du rose, du jaune, des reflets bleutés, violacés.... encore une source de troubles pour qui veut savoir exactement qui est qui! A cela s'ajoutent les effets de culture en asphyxie de tel ou tel nutriment ou de spectres lumineux particuliers, qui permettent d'obtenir plus de rouge, plus de rose, plus de variegata...

bucephalandra

Un problème de taille

Ce qu'il faut savoir sur la réalité des choses c'est que la plus petite espèce de bucephalandra décrite est la B. pygmaea et que mature cette plante atteint 10 cm. De ce constat vous imaginez bien que toutes ces mini/micro qui sont vendues comme telles ne le resteront pas ou en tout les cas pas si la plante suit son processus normal de croissance qui varie énormément selon les conditions de vie. Donc la "mini coin" tant recherchée ne l'est qu'au moment de son prélèvement, forme qui aura été préservée par une maintenance empirique le temps de la revendre mais qui en toute logique changera suivant les conditions de maintenance que l'aquariophile lui permettra d'avoir.... Au même titre les énormes "Dark Achiles"(B. Kishii) ou les B. Goliath, ou... ne le sont que parce que dans la nature elles ont poussé dans des conditions et une durée qui leur ont permis d'atteindre cette taille, bien souvent les grandes bucephalandra sont celles qui sont le moins souvent exposées à des situations d’immersion et donc ont acquis une forme terrestre des plus standard à l'espèce. Ce qui ne veut pas dire que des individus de la même espèce n'ont pas les pieds dans l'eau en période sèche mais ces dernières auront sans aucun doute une forme et une taille moins reconnaissables, qui sait, peut-être une des minis qui a fini dans votre aquarium ?

bucephalandra

Une question de localité

Si certaines espèces sont, pour le moment, connues endémiques de lieux bien précis sur Bornéo, par exemple la Bucephalandra filiformis qui n'est connue que dans la chaîne de Maligan (Sarawak & Sabah,Malaysian Borneo) limitée à une seule chute d'eau et au ruisseau immédiatement adjacent, d'autres sont très largement rependues sur toute l’île comme par exemple la B. pygmeae. Suivant les localités, les conditions de vie sont différentes et la forme de la plante semble avoir pris au fil du temps des caractéristiques qui la différencie de ses sœurs d'autres localités sans pour autant en faire des espèces différentes. Certains amoureux des buces s'accordent à vouloir ajouter la localité (si elle est connue) pour ces espèces à larges répartitions afin d'affiner leur identité.

bucephalandra

Encore un long travail pour les scientifiques

Actuellement il y a une trentaine d'espèces décrites, mais le travail complexe est loin d'être terminé pour les scientifiques car il reste des zones inexplorées sur l’île (bien que malheureusement ça soit de plus en plus rare... quand ça n'a pas été détruit avant de pouvoir y jeter un œil) et le commerce non maîtrisé de ces plantes a fait qu'il est probable que des aquariophiles aient des spécimens non décrits dont les scientifiques ne connaissent pas l’existence. Il faut savoir tout de même qu'il y a une bonne collaboration entre la plupart des récoltants et les scientifiques sur place, ce qui permet de croire que l'impact bien qu'existant reste minime. Fort de tout ce qui a été dit plus haut, il est facile de comprendre pourquoi ce sera un travail de longue haleine pour finaliser l'identification de l'ensemble des bucephalandra, toutefois il est quand même suffisamment avancé pour pouvoir de notre côté tenter d’en savoir plus sur ce que l’on a dans nos aquariums...

bucephalandra

Finalement comment identifier ma buce ?

C'est assez laborieux mais faisable. La seule façon d’acquérir plus de certitudes quant à l’identité réelle de vos bucephalandra est d'obtenir une floraison émergée et d'observer l’inflorescence, plus particulièrement le spadix, avec les publications scientifiques. Je vous laisse imaginer aujourd'hui le résultat de tant de fantaisie, en quelques années, sur le travail d'identification que les quelques aquariophiles, qui ont soif de savoir, vont avoir ces prochaines années. Des milliers d'appellations fantaisistes qui impliquent que chacune devra patiemment être observée dans les bonnes conditions afin de corréler la fantaisie à la réalité. Fort de la lecture des lignes précédentes on entrevoit, là encore, l'ampleur de la tâche....

bucephalandra

Travailler les acquis et laisser le temps révéler les merveilles...

Voila une des raisons pour lesquelles j'ai fait le choix, il y a quelque temps, de ne plus acquérir de plantes importées d’Asie, car je considère que ce mal nécessaire d'une époque révolue doit faire place à ce fameux travail d'identification et comment le faire si tout est toujours remis à plus tard par plus de fantaisie ?

En plus de la situation sur place qui, à mon avis, nécessite une prise de conscience collective, fort des constats décrits dans les lignes précédentes, il est important de se fixer dans ce qui est acquis et laisser ces merveilles s'exprimer d'elles-mêmes. Commencer à faire le tri, laisser devenir matures toutes ces minis merveilles arrivées au fil du temps et qui n'ont déjà plus la même tête dans nos aquariums. Comprendre que la couleur d'une buce n'est pas un élément distinctif de telle ou telle espèce, oublier le mythe de la toute bleu, la toute rouge... Comprendre que la mini/micro n'est qu'un bébé et donc probablement une belle surprise en devenir. S'assurer qu'on a une majorité des espèces décrites afin de les pérenniser dans le hobby mais aussi pour la nature. Au fur et à mesure implanter en milieu émergé aux bonnes conditions des individus connus de façons fantaisistes afin de les voir fleurir et tenter de les nommer scientifiquement.

A cela nous pouvons ajouter le bonheur de voir des firmes européennes prendre le relais avec une production en serre qui offre plus de respect pour la nature. Le souci reste semblable quant aux appellations, mais par exemple, la "wavi leaf" est toujours la même espèce mise dans des conditions particulières tout au long de sa production passée et future. Ce qui permet, une fois la buce identifiée, de la nommer par son nom scientifique accompagné de son nom cultivar comme on le fait pour les anubias par exemple.

bucephalandra

Conclusion

Autant d'éléments qui justifient la fantaisie mais qui poussent à en savoir plus. J'ai tenté dans ces quelques lignes de vous expliquer pourquoi il y a tant de noms pour au final bien moins d'espèces en réalité. Au même titre que pour une sélection de guppy un nom est donné, il a fallu nommer les bucephalandra récoltées afin de les différencier par rapport à d'autres bucepalandra pour lesquelles l'observation du premier coup d’œil ne permettait pas l'attribution de tel ou tel nom déjà existant. Ce mal nécessaire qui vous induit souvent dans l'erreur quant à la taille, la couleur, la forme que votre bucephalandra aura dans votre aquarium mais qui peut servir de base pour permettre le futur travail d'identification. Tel nom a été donné à telle buce par tel récoltant et/ou vendeur et cela fait référence à tels spécimens récoltés sur telle localité à telle époque. Dans l'absolue il y a sans doute des failles à ce raisonnement (noms ré attribués à des plantes différentes, pertes d'informations...) mais avec un travail de comparaison ça reste un début d'information nécessaire.

Pour vous j'espère que ces quelques lignes vous permettront de mieux comprendre comment faire vos choix de bucephalandra, peut-être en finir avec certaines légendes urbaines, peut être aussi déclencher chez vous ce besoin d'en savoir plus et, plus tard, faire partie de ceux qui auront aidé à faire avancer le schmilblick. Restez bien conscients que ça ne leur enlèvera jamais ce coté kinder suprise tant appréciable, votre bucephalandra sera rarement semblable en tout point à celles des autres, déjà parce que c'est la vôtre...

Maxime Moretto

N'hésitez pas à partager et à réagir !

maxoum
maxoum Créé il y a 4 mois
Modifié il y a 4 jours
Bucephalandra

Bucephalandra est un genre de plantes à fleurs de la famille des Aracées. Il existe 30 espèces de Bucephalandra qui ont été découvertes à Bornéo et ont été officiellement décrites par S.Y. Wong et P.C. Boyce. La plupart des espèces se trouvent à Bornéo. Les bucephalandra poussent généralement sous forme de tapis denses sur des pierres ou des rochers dans les ruisseaux ou les rivières des forêts tropicales humides.

Ceci peut vous intéresser

Voir les articles "flore"
Cet article peut constituer un point de vue propre à son auteur. Veillez à vérifier par vous même l'exactitude, la véracité ou la complétude des informations qui y apparaissent.

8 commentaires

shanganagh-takhisis
shanganagh-takhisis
Très bel article et très bien écrit ! J'ai acquis une bucéphalandra il y a 15 jours, vendue sous l'appellation Bucéphalandra sp Mini-Red (commerciale donc) et je ne l'ai choisie que pour une raison : floraison imminente ! Et de fait, elle a fleuri dans l'aquarium où je l'ai mise provisoirement pour en profiter car la flo est très courte ! 2-3 jours pas plus. Elle m'a offert une fleur totalement blanche, spathe comprise qui ressemble beaucoup à la photo de l'article. Quant à savoir de quelle espèce elle est réellement, je n'en ai pas la moindre idée...
Fumarik
Fumarik
biblis ?
shanganagh-takhisis
shanganagh-takhisis
@Fumarik Non, je ne pense pas, les feuilles sont bien moins longues et étroites que la Biblis. Elle a développé une troisième tige derrière les 2 premières.
maxoum
maxoum
Je faisais une recherche de lien (en dehors de facebook où il a été publié initialement) pour mon article afin de l'indiquer à une personne avec qui je discute, et je tombe sur ce partage. Je me permet de répondre pour compléter un peu l'article.

"Biblis" est une appellation fantaisiste très utilisée, la plupart du temps attribuée à de jeunes bucephalandra sordidula.

Pour le moment voici la liste des bucephalandra décrites :

Bucephalandra akantha
Bucephalandra aurantiitheca
Bucephalandra belindae
Bucephalandra bogneri
Bucephalandra catherineae
Bucephalandra chimaera
Bucephalandra chrysokoupa
Bucephalandra danumensis
Bucephalandra diabolica
Bucephalandra elliptica
Bucephalandra filiformis
Bucephalandra forcipula
Bucephalandra gigantea
Bucephalandra goliath
Bucephalandra kerangas
Bucephalandra kishii
Bucephalandra magnifolia
Bucephalandra micrantha
Bucephalandra minotaur
Bucephalandra muluensis
Bucephalandra oblanceolata
Bucephalandra oncophora
Bucephalandra pubes
Bucephalandra pygmaea
Bucephalandra sordidula
Bucephalandra spathulifolia
Bucephalandra tetana
Bucephalandra ultramafica
Bucephalandra vespula
Bucephalandra yengiae

Comme indiqué dans l'article il reste encore la possibilité que des nouvelles descriptions s'y ajoutent dans le futur mais le gros du travail est effectué.

La sp. mini red de tropica est une des quelques bucephalandra où le travail d'identification a été fait, il s'agit d'une bucephalandra diabolica.

Maxime.
Anonyme
Anonyme
shanganagh-takhisis
shanganagh-takhisis
Elle a fleuri une seconde fois, sur la même tige, 1 mois plus tard.
Fumarik
Fumarik
<3 trop cool !
Minipote768
Minipote768
article très intéressant cependant en bouturant pas mal d'espèces trouver sur le net dans un même bac avec la même fertilisations etc, on se rend compte que certaines espèces possèdes bien des particularité au niveaux des couleurs ou des forme de feuilles , certaine espèces reste bien large et non courbé , d'autre oui , et pareil en culture hydroponique , chacune des espèces a ses caractéristique parfois minime de différence , mais reconnaissable tout de même malgré un long travail d'attente et de mise en conditions pour pouvoir faire l'identifications
maxoum
maxoum
C'est toute la complexité avec les bucephalandra, c'est ce qui fait que pour les identifier on ne peut pas uniquement se baser sur une observation de sa forme, sa coloration, son comportement de pousse mais de compléter cela avec une observation du spadice (Je vous laisse regarder à quoi ça correspond chez une araceae).

c'est ce que j'ai voulu mettre en avant quand je parle de localité dans l'article. Certaines espèces de bucephalandra sont plus rependues que d'autres sur Bornéo (Certaines sont très localisée et d'autres se retrouvent plus largement) pour ces dernières on peut noter qu'elles ont adoptées des spécificités lié à la localité où elles ont poussées comme par exemple la bucephalandra pygmaea "Bukit Kelam" qui développe des feuilles ondulées à la forme particulière. Tout ceci n'étant que le début d'un long travail pour mieux comprendre les bucephalandra et ainsi les apprécier pour de vraies raisons (Car elles sont nombreuses, on peut y vouer une vraie passion...) et voir tout doucement disparaître le coté "fantaisiste" au profit du coté réaliste. Pourquoi pas, un jour, ajouter une notion de localité au nom scientifique de l'espèce pour être plus précis, afin de mettre en avant la petite différence qui fait qu'elle ne ressemblera pas à celle d'une autre localité.

Il reste que suivant les conditions de maintenance que chacun apporte à ses bucephalandra elles exprimeront toujours un petit coté "kinder suprise" qui est également un des attraits de cette famille de plantes.

J'ajoute une photo d'un variation de la bucephalandra belindae qui est bien liée aux conditions de maintenance que j'ai dans l'aquarium où elle a poussé et qui peut tout à fait ne pas perdurer dans ce même bac ou un autre.... mais quelle merveille ;)
Anonyme
Anonyme
Anonyme
Anonyme
Anonyme
Anonyme