Mbunas et haplos, les différences

Mbunas et haplos, les différences

shanganagh-takhisis
Créé il y a 1 mois

Il est parfois difficile de constituer une population pour un bac Malawi, Tanganyika ou Victoria. On entend tout le temps parler de « Mbunas » ou « d’haplos » qu’il ne faut pas mélanger ou alors avec énormément de précautions tant au point de vue du comportement social que celui du régime alimentaire. Mais pour un novice, qu’est-ce que cela signifie ? Voici quelques explications pour vous aider.

Les Haplochrominiens (ex-Haplochromis) sont représentés par 18 genres différents presque tous prédateurs et qui n’hésitent pas à manger tout cichlidés plus petits qu’eux. La plupart vit en eaux vives, loin des rivages. Ils sont très rapides ce qui leur permet d’attraper des poissons moins vifs qu’eux.

Les mâles sont toujours vivement colorés alors que les femelles restent ternes, dans les tons gris.

Les haplos sont en général des poissons d’assez grande taille qui nécessitent donc des aquariums de gros volumes. Ils vivent plutôt en harem, le mâle fécondant toute femelle mature disponible. Ce sont des incubateurs buccaux, comme quasiment tous les cichlidés.

Les Mbunas « Qui demeure dans les roches », voilà ce que signifie « Mbuna ». Ces cichlidés vivent généralement dans les amas rocheux, sur les bords des grands lacs africains. Ils vivent en groupe et présentent une infinité de couleurs.

Contrairement à celles des haplos, les femelles des Mbunas sont aussi colorées que les mâles ou même d’une couleur différente comme les Maylandia Estherae, par exemple où le mâle est bleu et la femelle orange.

A l’inverse des haplos, les Mbunas sont majoritairement végétariens, se nourrissant du biofilm d’algues (aufwuch) présent sur les roches en le grattant avec une bouche spécialisée.

Les mâles Mbunas sont intraspécifiquement beaucoup plus agressifs que ceux haplochrominiens. Certains mâles, dominés, peuvent prendre les couleurs d’une femelle et une femelle dominante peut arborer la livrée d’un mâle.

On peut limiter leur agressivité de plusieurs façons :

  • Des cachettes ! Les poissons doivent pouvoir se soustraire à la vue de leur agresseur (décor, rideau de plantes, tubes en haut du bac)
  • Deux femelles minimum par mâle
  • Surpeupler légèrement le bac pour disperser l’agressivité du mâle sur plusieurs poissons plutôt que l’acharnement sur un ou deux
  • Eviter de mettre des poissons au patron de coloration semblable

Les Mbunas aussi sont des incubateurs buccaux polygames. Le mâle creuse le sable pour faire un nid puis frétille devant la femelle pour qu’elle ponde. Une fois les œufs fécondés, la femelle les garde en bouche pour les incuber.

Le groupe des Aulonocaras peut être considéré comme étant à part entière, ses représentants pouvant cohabiter avec les haplochrominiens comme avec les Mbunas.

Les régimes alimentaires

Haplochrominiens Groupe Aulonocara Mbunas
Aristochromis Prédateur Aulonocara Omnivore Cyathochromis Végétarien
Buccochromis Prédateur Lethrinops Omnivore Cynotilapia Omnivore
Champsochromis Prédateur Tramitichromis Omnivore Genyochromis Végétarien
Cinotilapia Omnivore     Gephyrochromis Végétarien
Copadichromis Planctophage     Lodotropheus Omnivore
Cyrtocara Micro-prédateur     Labeotropheus Végétarien
Dimidiochromis Prédateur     Labidochromis Omnivore
Exochochromis Prédateur     Maylandia Végétarien
Fossorochromis Micro-prédateur     Melanochromis Végétarien
Maravichromis Omnivore     Petrotilapia Végétarien
Nimbochromis Prédateur     Pseudotropheus Végétarien
Nyassachromis Prédateur        
Otopharynx Micro-prédateur        
Placidochromis Micro-prédateur        
Protomelas Micro-prédateur        
Sciaenochromis Prédateur        
Taeniochromis Prédateur        
Tyrannochromis Prédateur        

Ce tableau est donné à titre indicatif, il ne signifie pas que TOUS les membres d’un genre aient le même régime alimentaire.

Comme toujours, si vous envisagez la maintenance de l’une de ces espèces, vous vous devez de vous renseigner au maximum sur ses besoins dans tous les domaines.

Mise en garde

Le régime alimentaire de chaque espèce est le principal problème pour la maintenance conjointe d’haplochrominiens et de Mbunas. Ces derniers sont pour la plupart végétariens, mais ils ne refuseront pas d’eux-mêmes une alimentation carnée et c’est là que le bât blesse.

Les Mbunas végétariens possèdent un long intestin spécialisé dans la digestion des algues. S’ils sont nourris avec une alimentation à base de protéines animales, ils finiront par développer une occlusion intestinale qui leur sera fatale.

Pour varier l’alimentation des Mbunas, vous pouvez leur donner de la spiruline, du concombre, de la laitue, des épinards, de la courgette, etc.

En bref

Si vous ne maîtrisez pas la distribution de nourriture pour haplos et Mbunas dans le cas d’une cohabitation, il est préférable de ne pas mélanger des poissons ayant des régimes alimentaires différents, les Mbunas finiront pas en pâtir et vous risquez de les perdre.

N'hésitez pas à partager et à réagir !

shanganagh-takhisis
shanganagh-takhisis Créé il y a 1 mois
Cet article peut constituer un point de vue propre à son auteur. Veillez à vérifier par vous même l'exactitude, la véracité ou la complétude des informations qui y apparaissent.

Aucun commentaire

Anonyme
Anonyme
Anonyme
Anonyme