Comment éviter de rater à coup sûr un nouvel aquarium ?

Comment éviter de rater à coup sûr un nouvel aquarium ?

Stef7524
Créé il y a 1 mois
Modifié il y a 5 jours

Débutant ou pas, un nouvel aquarium peut vite se transformer en cauchemar en cas d’improvisation ou sur les mauvais conseils d’un mauvais (bon ?) vendeur... Cet article est donc destiné aux débutants et est à lire avant de vous lancer dans l'aventure de votre premier aquarium d'eau douce :)

Pour vous effrayer et vous inviter à lire la suite, voici les cauchemars du nouveau bac, par ordre de catastrophe croissant :

  • Des plantes qui dépérissent
  • Des algues (voire beaucoup d’algues, de tenaces bactéries, ...)
  • Des poissons qui se battent (voire se blessent)
  • Des poissons malades
  • Des poissons qui meurent (tous ou petit à petit)

Et au delà de la faune et de la flore peuplant votre aquarium tout beau tout neuf, une installation mal pensée et un matériel inadapté peut également devenir un véritable enfer : fissure ou explosion de l'aquarium, un meuble qui lâche, ...

Fort heureusement, en suivant quelques conseils tout simples, il est facile de réussir un beau bac, équilibré, facile à entretenir, avec des poissons en bonne santé dans un environnement adapté à leurs besoins, et en toute sécurité :

  • Ne jamais écouter les « conseils » de vendeurs sans recouper l'information avec de vrais passionnés sans intérêts commerciaux
  • Penser son aquarium et ses habitants AVANT de l’acheter ou de le mettre en eau
  • Respecter les REGLES DE BASE DE L’EQUILIBRE
  • Prévoir 30 minutes d’entretien par semaine
  • Prévoir un budget adapté aux besoins de vos pensionnaires et aux matériels nécessaires
  • Solliciter la communauté FishFish en cas de doute, de besoin d'aide ou d'avis

PENSER SON AQUARIUM c’est comme préparer l’adoption d’un chien

Allez vous prendre

  • un Saint Bernard dans un studio de 9m2 (taille d’aquarium adaptée) ?
  • un husky si vous habitez au Sahara (eau et plantation adaptée) ?
  • un pitbull si vous avez déjà un chat (poissons compatibles) ?
  • un chien qui ne vit bien qu’en meute seul (poissons vivant en banc) ou 50 chiens dans un petit jardin (surpopulation) ?
  • un chien si vous ne souhaitez pas gérer ses déchets (gestion de la pollution naturelle des poissons, plantes et restes de nourriture) ?
  • un chien qui ne mange que des lapins vivants et refuse les croquettes (nourriture adaptée) ?
  • Etc...

Naturellement, en tant que futur pro de l’aquariophilie mais pour l’instant débutant (il faut bien commencer un jour) vous anticipez plus facilement les besoins d’un chien que ceux d’un aquarium.

Bonne nouvelle, c’est sensiblement la même chose pour un aquarium et facile à anticiper dès lors que l’on a compris que chaque choix conditionne toutes les autres composantes, à l'image d'un cercle vertueux :

Mon premier aquarium

Quelques exemples pour illustrer ce cercle, dans lesquels vous devriez retrouver une partie de vos désirs et contraintes :

  • Un banc de 3 néons => Banc de 10 minimum => Taille minimum 100 litres (façade 1 mètre)
  • Deux bettas mâles et 10 barbus de Sumatra => les bettas vont s’entretuer, puis les nageoires du survivant seront mangées par les barbus => 1 seul betta ou un banc de barbus
  • Des néons dans une eau du robinet très calcaire et ph 8 => besoin de travailler l’eau pour obtenir une eau légèrement acide et douce... ou choisir d’autres poissons
  • Un banc de néons et des platys => les néons ont besoin d’une eau acide et douce, les platys d’une eau dure => choisir l’un ou l’autre
  • De belles plantes rouges et des plantes gazonnantes => besoin de CO2 et d’un fort éclairage
  • Un betta, un couple de colisa ou des crevettes > un filtre apportant peu de courant, pour ne pas épuiser les poissons qui vivent habituellement dans des eaux calmes ou stagnantes... ou aspirer les petites crevettes
  • Un bac facile à entretenir avec juste des pierres et pas de plantes > très fort risque d’algues

Pour votre projet donc :

  • Notez dans le cercle ce dont vous avez envie en priorité
  • Lister vos contraintes
  • Lisez les fiches FishFish des poissons et notez les paramètres d’eau, taille minimum de bac, ...
  • Vérifiez la compatibilité entre les poissons ayant besoin d’un environnement similaire
  • Vérifiez comment obtenir l’eau adaptée
  • Imaginez un décor adapté en terme de racines et pierres (hardscape) et en terme de plantes
  • Déduisez le sol dont vous avez besoin pour l’eau et les plantes
  • Vérifiez que le budget est acceptable sur le court, moyen et long terme (l'adoption d'un animal vous engage sur la durée)

Naturellement, demandez des conseils sur le fil de discussion FishFish est un très bon moyen de « mûrir » votre projet et éviter une catastrophe... mais plus vous vous serez renseigné en amont sur les poissons, les plantes et les décors, mieux les passionnés FishFish pourront vous accompagner et vous aider.

Une fois votre projet bien mûrit, vous vous êtes donné toutes les chances d’éviter les catastrophes. Voici les REGLES DE BASE DE L’EQUILIBRE pour que tout se passe bien, avec un temps d’entretien limité et un temps de plaisir et contemplation maximum.

Les REGLES DE BASE DE L’EQUILIBRE

Les 8 règles lors de la création de votre aquarium

1 PREVOIR LA « BONNE PLACE » DANS VOTRE LOGEMENT

Un espace à l’abri de la lumière directe du soleil (la lumière directe du soleil favorise la prolifération des algues), avec un sol bien horizontal (un aquarium posé sur une surface non plane (sol et meuble) peut se décoller et/ou exploser avec le seul poids de l'eau) et solide (n'hésitez pas à vérifier la charge au sol de votre logement pour les gros volumes et en cas de doute). Prévoir un tapis entre le meuble et l'aquarium, que vous le posiez sur un meuble existant ou non, afin d'absorber les saletés, les imperfections, grain de sable, etc... et d'éviter une fissure ou une explosion avec le poids de l'aquarium. Il faudra par ailleurs choisir un meuble solide et adapté au poids de l’aquarium rempli (comptez le poids de l'eau, du verre, de la décoration, etc...). Pensez à pouvoir circuler autour de l’aquarium pour l’entretien, à avoir une prise de courant à proximité et à être raisonnablement proche d’un point d’eau 😉

A noter que les aquariums qui explosent sont légions lorsque ces quelques règles ne sont pas respectées... A bon entendeur ;)

2 DESSINER UN PLAN IDEAL DE VOTRE AQUARIUM

Inspirez vous de beaux bacs sur FishFish, sur pinterest, sur les videos aquascape de youtube, sur les photos des concours d’aquascaping ou les plans de plantation de Tropica ou autres marques de référence dans le domaine des beaux aquariums plantés. Internet est votre ami ! Surfez et inspirez-vous ! Attention, certains bacs ne sont pas faciles à maintenir, que ce soit pour la difficulté à garder les plantes en bonne santé ou en temps d’entretien hebdomadaire. Faites des captures écran et demandez conseils à la communauté FishFish. Reproduire un bac que vous aimez peut-être une excellente piste si vous manquez d'inspiration ou si vous avez tout simplement eut un coup de coeur. Cela permet également de le décortiquer et d'en déceler tous les secrets.

Pour l'agencement des pierres et racines (hardscape), n'hésitez pas à faire plusieurs essais avec l’aquarium vide et faites des photos des différents essais. Prenez votre temps, il est toujours plus facile d'adapter et de rectifier avant la mise en eau. Parfois, un décor qui nous plaît peut nous déranger quelques jours plus tard faute d'harmonie ou au profit d'autres envies. A ce stade, il n'est pas rare de se retrouver à sec de décoration. Le fait de prendre son temps vous permettra également de vous réapprovisionner, d'ajuster, changer, peaufiner, ... Il existe de nombreuses astuces pour réussir son hardscape. Par exemple, les racines peuvent être collées à la colle cyanolate (super glue) ou fixées avec des vis en acier inoxydable pour construire et concevoir la ou les racines telles vous les imaginez. N'hésitez pas à scier, couper, coller, encastrer, assembler, retourner, ... Attention, pensez toujours au poids définitif et aux contraintes liées à l'aquarium. Par exemple, pensez à mettre un morceau de polystyrène et/ou de la ouate sous une grosse pierre si votre sol est mince afin que le poids de cette dernière n'écrase pas votre vitre du fond qui risque de céder. Vous pouvez également pensez à l'entretien. Par exemple, plus vous collerez votre hardscape au niveau des vitres, moins elles seront accessibles pour les nettoyer.

3 VEILLER A CREER UN SOL EFFICACE ET ADAPTE

Tout (ou presque) part du sol. Une fois mis en eau il est impossible de le retoucher (ou alors, à la marge...) et il faudra bien souvent tout vider et recommencer. Ce point est capital et peut être assez technique. N'hésitez pas à vous faire accompagner de la communauté et à poser toutes vos questions sur le fil de discussion FishFish. Sachez par exemple qu’un sol technique nécessite de l’eau osmosée et a une durée de vie de 2 à 4 ans... donc pas adapté à tous les bacs. Au-delà de la technique, créer des formes, du relief, des vallées, un sol en pente... se prévoit avant la mise en eau et nécessite parfois quelques astuces et un peu de technique.

4 VERIFIER LA QUALITE ET LES PROPRIETES DU DECOR

Certaines pierres calcaires durcissent fortement l’eau. Elles peuvent être testée avec du vinaigre ou de l’acide (si ça mousse, la pierre est calcaire). Les pierres trouvées dans la nature (sur un terrain privé : le prélèvement dans la nature est interdit) peuvent être utilisées, à condition de bien les faire bouillir avant introduction. Eviter d’utiliser des racines ou branches trouvées dans la nature, car le risque d’introduire de mauvaises bactéries ou des parasites reste très élevé. Par ailleurs, toutes les essences de bois ne sont pas adaptées à la vie aquatique.

5 PREVOIR BEAUCOUP DE PLANTES ET BIEN LES POSITIONNER

Il vaut mieux retirer des plantes au bout de quelques mois une fois le bac bien rôdé et équilibré plutôt que d’avoir à lutter contre une invasion d’algues. Consulter les fiches des plantes : certaines ont besoin de beaucoup de lumière, certaines sont à accrocher sur une pierre ou une racine, d’autres vont devenir très grandes et grandir très vite, d’autres encore vont croître peu et lentement.

En fonction de leur « pleine taille », prévoyez des plantes adaptées au premier plan, plan intermédiaire et fond du bac. Prévoyez également la position selon la lumière nécessaire à la plante : les anubias par exemple sans lumière excessive (à l’ombre d’autres plantes par exemple). Le plan de plantation est tout un art ! Une fois encore, n'hésitez pas à bien vous renseigner.

6 BIEN PLANTER VOS PLANTES

Les plantes sont également à nettoyer avant introduction dans votre aquarium. Rincer rapidement avec de l’eau vinaigrée puis à l’eau claire si vous voulez éviter les escargots (même si beaucoup sont très utiles) et autres parasites. Il est également possible d'utiliser de la javel diluée en fonction des plantes. Enlever le pot puis enlever soigneusement la mousse ou le gel. Détacher la plante en plusieurs petites touffes (sauf pour les bulbes et les plantes dures type anubia), couper les racines pour en laisser 3 à 4cm. Les épiphytes (anubia, bucephalia) s’accrochent sur des roches ou racines. Les bulbes (échinodorus) ne s’enfoncent qu’à moitié maximum dans le sol. Pour les plantes à tiges (hygrophylia, cabomba...) séparer les brins et les planter à 3cm minimum les uns des autres. Globalement, pensez à leur développement, ne les collez pas trop, laissez leur la place de se développer individuellement sans concurrence de sol et de lumière.

7 ETRE PATIENT ET PRUDENT AVEC LE CYCLE DE L’AZOTE

En préambule, si le cycle de l'azote ne vous parle pas du tout, il est essentiel de bien le comprendre. Mis à part prendre beaucoup de risques, vous n’avez rien à gagner à vouloir aller trop vite au lancement de votre bac. Si vous souhaitez véritablement ne pas passer aux côtés, testez avec un test à goutte nitrites (test à goutte beaucoup plus fiable que les tests bandelettes) chaque jour jusqu’à passer le pic. Ne croyez jamais ceux (généralement des vendeurs ;)) qui vous racontent qu’en quelques jours le bac est cyclé et prêt à accueillir des poissons, parfois même, certains occultent complètement et volontairement cette étape que cela soit pour vendre un produit ou non. Le temps du cycle peut être très variable mais très très rarement en dessous d'au moins deux ou trois semaines avec une moyenne se situant plutôt à un mois et plus. Une fois le bac cyclé (ou après 6 semaines si vous n’avez pas détecté le pic de nitrites histoire d'être safe...) introduisez vos poissons, escargots ou crevettes progressivement. D’abord les plus costauds et en petit nombre, par exemple corydoras et escargots, puis plus tard des crevettes, puis enfin des poissons moins costauds.

8 ADAPTER ECLAIRAGE, ENGRAIS ET EVENTUEL CO2 PROGRESSIVEMENT

Si l’éclairage est indispensable, engrais et co2 ne le sont pas forcément. Ils peuvent même générer plus de problème qu'autre chose lorsqu'ils ne sont pas utilisés correctement, dont des algues. A utiliser avec précaution !

Pour l’éclairage, commencez par 6h continues par jour. Ensuite augmentez d’une demi heure par semaine jusqu’à atteindre environ 10h afin de se rapprocher au maximum d'un cycle naturel (Entre 10h et 12h). Ces durées indicatives pourront varier en fonction des besoins de vos plantes et de la puissance de votre rampe d’éclairage... Demandez conseil en cas de doute.

Si l’engrais est nécessaire (il ne l’est pas si votre sol apporte tous les nutriments nécessaires, en tout état de cause, les premiers mois), commencez par 1/3 de dose par semaine et dosez chaque jour un peu (1/7 si tous les jours) pour éviter de mettre trop de nutriments en suspension et tenter nos amies les algues.

Les 10 règles de l’entretien régulier de votre bac

Si vous craignez de devoir passer 2h à entretenir votre bac chaque semaine, soyez rassuré. Si vous pensez pouvoir jeter un vague coup d’oeil une fois par mois, voyez qu’un minimum d’entretien (15 à 30 minutes en moyenne pour les plus pressés) est indispensable.

1 CHANGER 10% DE VOTRE EAU CHAQUE SEMAINE

Les nitrates ne peuvent être totalement éliminés et deviennent, à haute dose, un poison pour les poissons. Ils sont par ailleurs une aubaine pour les algues. De plus, les nutriments de l’eau sont consommés par les plantes, et elles ne peuvent se maintenir en forme sans. Pour ces raisons, changez 10% du volume net de votre aquarium (volume brut du bac – le volume pris par le décor) chaque semaine. L’eau ajoutée doit avoir les mêmes paramètres (dont la même température) que celle du bac. Si vous utilisez de l’eau du robinet, laissez la reposer 24h dans un récipient ouvert pour que le chlore s’évapore et que les métaux lourds retombent. Sinon, vous pouvez utiliser un conditionneur d’eau mais cette solution reste chère et se remplace aisément par 24h d’attente.

En cas de gros problème, vous serez amené à effectuer des changements plus importants (30, 50 voire 70%) et plus fréquents, pour remplacer une eau « à problème » par une eau adaptée, mais on verra ça plus tard dans la partie « en cas de problème ».

2 NETTOYER SON FILTRE AVEC L’EAU DE L’AQUARIUM

Ne surtout pas rincer la mousse du filtre ou autres masses filtrantes à l’eau du robinet qui tuerait les bonnes bactéries à l'effet du chlore. Ne surtout pas tout rincer en même temps au risque de tuer toutes les bactéries nitrifiantes et votre cycle. Rincez dans un récipient rempli avec l’eau de l’aquarium. Le plus pratique étant de le faire lors d'un changement d’eau. Un filtre intérieur (positionné dans le bac) se nettoie en moyenne chaque semaine, un filtre externe toutes les deux/trois semaines. Tout dépend de votre filtre et de sa capacité, de votre aquarium (volume, population, ...), de vos paramètres (nitrates, ...). Il faudra commencer avec des changements réguliers classiques basés sur des moyennes est adapter en fonction de votre projet et son évolution.

3 AVOIR DES « PLANTES RAPIDES »

Des plantes à croissance rapide, flottantes ou plantées, « mangent » des nitrates et nutriments, concurrencent les algues et contribuent à l’équilibre du bac. Par exemple ceratophilium et pistia en plantes flottantes rapides et hygrophilia ou limnophilia en rapides plantées (veillez à planter chaque brun à 3cm minimum des autres). Il est toujours possible de couper, réduire ou enlever ces plantes à croissance rapide lorsque votre bac est totalement équilibré ou lorsque ces plantes prennent trop de place ou filtrent trop la lumière. Ou tout simplement parce que vous les aviez choisies pour leur utilité et qu'elles ne conviennent plus à vos envies et votre projet.

4 ENLEVER LES FEUILLES ABIMEES

Les feuilles des plantes abîmées vont créer une pollution excessive et affaiblir les plantes. Enlevez les régulièrement, surtout au lancement du bac.

5 NE PAS METTRE TROP DE NOURRITURE ET VARIER LA NOURRITURE

La nourriture que vous apportez doit être totalement consommée en 3 minutes. S’il en reste en surface ou au sol après 3 minutes, diminuez les doses.

Tous les poissons n’apprécient pas les paillettes de nourriture sèche. A l'inverse, tous apprécient d’avoir régulièrement de la nourriture vivante ou congelées (vers de vase, artémias, daphnies, tubifex, ...) et des légumes pour les omnivores et végétariens (à retirer après quelques heures s’ils ne sont pas totalement consommés)

6 NE PAS METTRE DE CHARBON ACTIF

Le charbon actif est utile pour « nettoyer » votre eau après un traitement médicamenteux. Sinon il capte des polluants un temps... puis les relâche une fois saturé au bout d'une semaine ou deux. Il peut ainsi devenir une vraie catastrophe.

7 CHOUCHOUTER LES « BONNES » BACTERIES

Les bactéries qui gèrent le cycle de l’azote ne se trouvent pas que dans votre filtre, mais également, et pas qu'un peu, dans votre sol (s’il est bien conçu et suffisamment dense). Bien penser son sol dès le départ est une des clés de réussite. Laisser travailler les escargots qui l’aère (mélanoïdes, physes, ...), limiter le siphonnage, et bien sûr proscrire l’eau du robinet sans phase de repos car le chlore est l’ennemi numéro un des bactéries. Bref, veillez à chouchouter vos bactéries ! Inutile d’acheter des souches de bactéries vivantes et d’en ajouter régulièrement, sauf pour faire marcher le commerce ou en cas d'urgence et de gros souci si vous pensez avoir impacté votre cycle tandis que votre bac est peuplé. Attention aux médicaments ou produits miracles contre les algues, beaucoup d’entres eux peuvent nuire aux bactéries.

Les règles de base en cas de problème

Malgré tout vos efforts, les problèmes peuvent arriver et arriveront très probablement. Pas d'inquiétude, cela fait parti du jeu ! Il ne faudra pas las aggraver en recourrant à de mauvaises solutions précipitées. Chaque action doit être réfléchie.

1 LIMITER AU MAXIMUM LES PRODUITS CHIMIQUES

Un « anti algue » ou une « mousse anti nitrates » soignent les symptômes sans soigner la maladie. La plupart du temps, le produit va résoudre le problème à court terme mais ne résoudra jamais la cause. C'est à vous d'identifier le problème pour l'éradiquer. Un produit peut agir sur le court terme mais ne pas agir sur le fond du problème pour autant et peut par ailleurs créer d’autres déséquilibres. Bref, cherchez plutôt à résoudre un problème en détectant l'origine et en retrouvant un équilibre en laissant de côté les produits chimiques. Ils ne sont pas pour autant tous à proscrire pour toutes les pathologies. Ils sont à étudier et à administrer en connaissance de cause et après avis.

2 ETRE PRUDENT ET PATIENT DANS LES AJUSTEMENTS

Votre aquarium est comme un paquebot, il se « pilote » avec douceur, pas comme un hors bord. Votre objectif est de retrouver un équilibre qui a été rompu. Laissez à chaque action que vous mènerez le temps de faire effet. Méfiez vous comme de la peste de tout produit ou solution qui prétendrait résoudre un problème sérieux du jour au lendemain. Par exemple pour lutter contre certaines algues, introduire des plantes rapides et des crevettes japonica ou des escargots mangeurs d’algues, réduire l’éclairage si nécessaire et vérifier le débit du filtre va agir positivement et progressivement, mais sur plusieurs semaines, pas en un coup de baguette magique. Pas de précipitations ! Il faut prendre soin de ne pas chambouler tout son écosystème avec des actions brutales sans prendre le temps d'attendre et d'observer.

3 FAIRE APPEL A UN AMI

Exposez votre problème sur le fil de discussion FishFish, idéalement avec une photo et si possible avec votre aquarium enregistré avec toutes les informations utiles et nécessaires (date de mise en eau, volume, population, ...) dont un relevé de vos paramètres d’eau récent. Mieux vaut solliciter une communauté de passionnés et obtenir différents avis plutôt que de s'orienter vers une et une seule personne, d'autant plus lorsqu'il s'agit d'un commercial. A nouveau, méfiez vous des conseils de vendeurs non passionnés formés pour vendre. Même lorsque certains peuvent s'avérer calés, ils sont là avant tout pour vendre des poissons et des produits ou minimiser les efforts à faire. Un esprit mal intentionné (moi par exemple) pourrait conclure que plus ils donnent de mauvais conseils, plus on doit souvent faire appel à eux.

En conclusion, pour se retrouver avec un aquarium à problèmes et rater à coup sûr il faut :

  • Ne pas penser son bac avant de l’acheter et le mettre en eau
  • Choisir des poissons coup de coeur sans vérifier s’ils sont adaptés à l’environnement de votre bac ni compatibles entre eux, ni trop nombreux
  • Mettre vite fait un sol n’importe comment
  • Mettre pas, très peu de plantes, des plantes en plastique ou choisir des plantes très difficiles quand on est débutant
  • Attendre d’avoir des algues, des poissons morts ou des plantes en sale état pour se poser les bonnes questions

Et pour réussir un bel aquarium bien équilibré :

  • Faire tout l’inverse de ce que est dit précédemment :)
  • Comprendre le principe d’équilibre et l’interconnexion entre tous les paramètres d’un bac
  • Prendre un peu de temps pour lire des articles, regarder des vidéos, échanger avec des passionnés ou des pros qui s’y connaissent vraiment (demander une photo de leurs bacs donne une bonne indication du niveau réel d’un conseiller)
  • Et ne pas hésiter à poser plein de questions sur le fil de discussion de FishFish (et dire merci quand ça vous a été utile ;))

In fish we trust
Alea aquarium est
Une bonne algue est une algue morte
Hasta le betta baby

N'hésitez pas à partager et à réagir !

Stef7524
Stef7524 Créé il y a 1 mois
Modifié il y a 5 jours
Comment faire un aquarium ?

Question posée plus de 100 fois par jour à Google tandis que ce dernier n'a très probablement pas la réponse, et pour cause, puisque les résultats retournés peuvent être divers et variés sans nécessairement apporter de vraie réponse. En réalité, comment faire un aquarium est très simple, il suffit d'acheter un aquarium, de le mettre en eau, et d'y introduire des poissons. Le trait est à peine forcé à en lire certains sites. Et pourtant, faire un aquarium, ou plutôt, réussir son aquarium est loin d'être aussi simple. Vous devez penser et réfléchir chacune de ses composantes :

  • L'aquarium lui-même : dimensions, poids, ...
  • La filtration
  • L'éclairage
  • Le chauffage
  • La fertilisation
  • La qualité de l'eau
  • La décoration : sol, pierres, racines, ...
  • La flore : plantes, ...
  • La faune : poissons, ...

Faire un aquarium ne s'improvise pas et l'adoption d'animaux vivants engage votre responsabilité sur la durée. N'hésitez pas à solliciter les passionnés pour concevoir votre projet de bout en bout.

Ceci peut vous intéresser

Voir les articles "mise en eau"
Cet article peut constituer un point de vue propre à son auteur. Veillez à vérifier par vous même l'exactitude, la véracité ou la complétude des informations qui y apparaissent.

6 commentaires

Reggie
Reggie
Bel article, des bons conseils pour bien débuter.
shanganagh-takhisis
shanganagh-takhisis
Excellent !
ChrisdeReims
ChrisdeReims
Quel boulot ! Bravo Stef
Gribouille
Gribouille
Chouette article qui me conforte dans ma démarche.
Marie-Frances
Marie-Frances
Merci beaucoup
Stef72
Stef72
Génial
Anonyme
Anonyme
Anonyme
Anonyme